Le dérèglement climatique se joue aussi en silence sous nos pieds | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Une plateforme d'extraction du méthane, en République démocratique du Congo.
Une plateforme d'extraction du méthane, en République démocratique du Congo.
©PABLO PORCIUNCULA / AFP

Atlantico Green

Le dérèglement climatique se joue aussi en silence sous nos pieds

C'est un désastre souterrain qui nous menace : les conduites de gaz urbain en mauvais état provoquent des fuites, notamment de méthane, qui alimentent le réchauffement climatique.

Marielle Saunois

Marielle Saunois

Marielle Saunois est enseignante-chercheuse à l'Université de Versailles Saint Quentin. Elle appartient au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement. Elle a notamment travaillé sur un inventaire mondial du méthane pour la période 2000-2012. Ses travaux portent sur l’estimation des sources et puits de gaz à effet de serre, en particulier le méthane.

Voir la bio »

Atlantico : Les conduites de gaz urbain en décomposition provoquent des fuites qui alimentent le réchauffement climatique. Ce phénomène est-il nouveau ?

Marielle Saunois : Les fuites de gaz dans les réseaux urbains sont connues. L'importance des fuites dépend fortement de la vétusté du réseau et varie d'une ville à une autre. Ces fuites contribuent aux émissions de méthane dans l'atmosphère qui sont difficiles à estimer, il faudrait pour cela réaliser des mesures systématiques et régulières dans toutes les villes.

En quoi le méthane est-il dangereux pour notre planète ?

Le méthane est le deuxième gaz à effet de serre anthropique après le CO2. Il contribue à 20 % du réchauffement climatique observé. Le méthane est particulièrement problématique car il a un pouvoir de réchauffement beaucoup plus fort que le CO2. Sur une échelle de vingt ans, émettre 1 kg de méthane revient à émettre 84 kg de CO2.  

Nos réseaux sont-ils trop vieux ?

Les canalisations sont parfois très anciennes. Cela dépend des villes et de la maintenance qui est faite par les municipalités. Au bout d'un moment, les canalisations s'oxydent et sont abîmées par la corrosion. Les fuites peuvent se former dans le réseau urbain au niveau des connexions, des valves, des jointures... Mais elles peuvent aussi provenir des compresseurs situés en périphérie du réseau urbain.

Comment peut-on détecter ces fuites ?

Le projet européen MEMO2 forme actuellement des doctorants à détecter les fuites de méthane dans la production de combustibles fossiles et les infrastructures municipales à travers l'Europe. Deux doctorantes du Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement y participent.

Les scientifiques équipent des voitures avec un détecteur de méthane pour observer le long du trajet s'il y a des fortes concentrations de méthane. Ensuite, ils pratiquent des mesures directement à pied pour être au plus près de la fuite. L'objectif est de déterminer les besoins de maintenance du réseau.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !