Lallement balance sur la délinquance étrangère; Sarkozy charge Retailleau, L’Obs étrille Total, Challenges & L’Express la CGT; Les comptes de campagne Zemmour posent question; Castaner veut être premier ministre… à Monaco | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Revue de presse des hebdos
©

Revue de presse des hebdos

Lallement balance sur la délinquance étrangère; Sarkozy charge Retailleau, L’Obs étrille Total, Challenges & L’Express la CGT; Les comptes de campagne Zemmour posent question; Castaner veut être premier ministre… à Monaco

Et aussi : France - Maroc : la guerre des visas.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

« Superprofits, climat, géopolitique, les dossiers noirs de Total » à la Une de l’Obs. « Désordres, jusqu’où ira la CGT » s’interroge la Une de Challenges ».« L’étincelle ? Grèves, pénuries, inflation » à la Une de Marianne. « Alerte à Taïwan, Chronique d’une invasion annoncée » à la Une du Point. « Yoga, naturopathie, ostéopathie » L’Express se penche sur « La face cachée du bien-être ». Valeurs fait sa Une sur « Le massacre des innocents » avec une photo noir & blanc de la jeune Lola assassinée.

La CGT à la dérive ?

Pour l’Express, il y a « derrière la crise du carburant, une CGT à la dérive. Outre la bataille pour le pouvoir d'achat et les salaires, la radicalité actuelle de la CGT s'explique aussi - et surtout - par des histoires de manoeuvres syndicales. »

« Certes, la capacité de nuisance de la centrale dans les derniers bastions où elle pèse encore, comme l'énergie et les transports, est indéniable. Mais au fil des années, le pouvoir et le rôle de la CGT au sein du paysage syndical français se sont sérieusement étiolés ».

« D'abord parce que la baisse de l'emploi industriel, là où historiquement la CGT comptait le plus gros de ses bataillons, fait mal alors que le syndicat s'est révélé incapable de saisir les mutations du travail, les nouveaux métiers et les nouvelles formes de salariat. La CGT est une organisation de "vieux" : 1 adhérent sur 2 devrait partir à la retraite d'ici à 2025. Ensuite, parce que la posture du "non" à tout et tout le temps ne paye plus. »

Pour Challenges, très pessimiste, c’est « Alerte rouge sur le risque d’explosion sociale », car « l’exécutif est en grande difficulté. Et hésite sur la méthode pour en sortir ». L’hebdo dénonce la « dérive ultra-radicale à la CGT » mais depuis que Challenge a bouclé son numéro, la situation semble s’être calmée, le nombre de raffineries en grève a diminué, et les défilés n’ont pas fait le plein.

Le massacre des innocents

Valeurs écrit « Si une partie de la presse et du pouvoir semblait pouvoir faire de l’ignoble meurtre de Lola un simple faits divers, l’intense émotion et la colère des Français face à ce nouveau crime de la diversité sont le signe d’une prise de conscience profonde de la folie migratoire qui menace le pays. »

« En dépit de l’attentat des frères Kouachi contre Charlie Hebdo, en dépit de l’attentat islamiste du Bataclan, de celui de Nice, de l’égorgement du père Hamel, de celui de Samuel Paty, et de l’attentat contre Alban Gervaise à Marseille, et de tant d’autres encore, la presse carbure au pas damalgame avec d’infinies précautions pour ne pas agiter les passions tristes des Français. » ajoute Valeurs.

France - Maroc : la guerre des visas

L’Express souligne que « La baisse de moitié du nombre de visas français attribués aux Marocains exaspère outre-Méditerranée et empoisonne les relations déjà tendues entre Paris et Rabat. (…) Une mesure de rétorsion contre les autorités locales qui refusent de délivrer les laissez-passer consulaires nécessaires au renvoi des immigrés refoulés de l’Hexagone. »

« Jusqu'à présent, 30 à 40% des demandes de visas ont été refusées, selon une source proche du dossier. En deçà de l'objectif des 50% fixé par l'Elysée, mais assez pour empoisonner les relations entre Paris et Rabat, déjà au plus bas. » 

Carburant, la macronie a tardé à réagir

Marianne souligne « le retard à l’allumage du gouvernement face à un mouvement social touchant au secteur le plus

sensible qui soit, dans un pays dont la population, hors métropoles, dépend totalement de la voiture. « Dans ces moments-là, au début, personne ne comprend jamais ce qui se passe », minimise un ancien socialiste aujourd’hui macroniste, instruit par la crise des « gilets jaunes ». Plutôt optimiste, celui-ci accepte tout de même de prendre un pari : « Je ne pense pas que le conflit s’étende durablement, ce n’est pas en tout cas le sentiment qui prévaut. Il va y avoir des moments difficiles à passer, mais cela va finir par se calmer. »

RN, le duel Bardella contre Aliot

L’Obs parle de la bataille pour la présidence du Rassemblement national (RN) où les équipes de Jordan Bardella pensent avoir débusqué l’auteur de la campagne de dénigrement de leur champion observée sur Twitter ces dernières semaines. « Dans leur viseur : Verlaine Djeni, exLes Républicains, entrepreneur bien installé dans les milieux d’extrême droite et connu, entre autres, pour ouvrir son carnet d’adresses people à des personnalités du RN. Et, désormais, attaché aux relations presse de Louis Aliot ! »

«  Les partisans de Bardella le soupçonnent de s’être planqué derrière plusieurs faux comptes de militants RN pour dire tout le mal qu’il pensait du jeune président par intérim du parti. »

« Les comptes qui relaient les messages anti-Bardella sont bien connus des instances du parti pour avoir été utilisés lors de la dernière campagne présidentielle afin de promouvoir la candidature de Marine Le Pen. Une « usine à trolls », pour le dire autrement, à laquelle avait parfois recours la « cellule riposte » de la candidate – et dont Verlaine Djeni a fait partie. « C’est de la diffamation, je ne suis pas derrière ces comptes trolls! » jure pourtant à « l’Obs » le principal intéressé, qui dit avoir entamé des démarches en ligne pour porter plainte contre l’équipe de Bardella. Contactés par « l’Obs », les bardellistes n’accordent, en revanche, pas beaucoup de crédit à ces dénégations, notant qu’une partie des comptes en question ont été désactivés très peu de temps après que Verlaine Djeni a été informé qu’il figurait tout en haut de la liste des suspects. »

Présidence LR, Sarkozy mise sur Ciotti

Selon Le Point, Nicolas Sarkozy estime qu’il faut soutenir Éric Ciotti à la présidence des Républicains « parce qu’il est le seul qui peut maintenir la droite en l’état », a averti l’ancien président. « Si Bruno Retailleau gagne, sa ligne ultraconservatrice fera exploser le parti car les modérés fileront chez Macron et la petite moitié qui restera servira de marchepied à Marine Le Pen. » 

Les députés LR exaspèrent la majorité

L’Obs évoque une scission entre sénateurs et députés RL : « « Le groupe LR n’a plus de ligne, chaque élu est devenu un autoentrepreneur qui vote comme il l’entend », se désole un député macroniste. Conséquence : la majorité doit démarcher individuellement les 62 députés LR pour connaître leurs intentions sur chaque texte. « Les parlementaires de droite se divisent aussi en raison de la prochaine élection à la présidence de LR. Le courant ne passe plus entre les Eric Thiers, conseiller d’Emmanuel Macron. sénateurs pro-Retailleau et les députés pro-Ciotti », observe ce même élu. »

Les comptes de campagne de Zemmour

L’Express indique que, pendant la campagne présidentielle Eric Zemmour « a déclaré avoir dépensé 10 976 228 euros. Il peut espérer obtenir de l'Etat le montant maximum du remboursement forfaitaire pour un candidat du premier tour, c'est-à-dire 8 004 225 euros. Si son entourage affirme avoir scrupuleusement respecté les règles, certains éléments permettent d'en douter. "La politique rend parfois les gens peu soucieux du respect des lois élémentaires, et la plupart des membres de la campagne d'Eric Zemmour n'ont jamais fait un compte de campagne", rappelle un observateur avisé. Rien que pour sa vidéo de candidature, Eric Zemmour a utilisé sans l'accord des ayants droit de nombreux extraits de films ou d'émissions télé : une erreur qui lui a coûté plus de 115 000 euros de dédommagements. »

Selon l’Express, la commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP) a envoyé près de 400 questions sur lesquelles l'expert-comptable Benoît Rigolot planche actuellement avec le mandataire financier, l'ancien préfet Gilbert Payet. Un chiffre inédit par son ampleur, selon les spécialistes du sujet ».

Edouard Philippe recrute

D’après l’Obs, « Edouard Philippe réseaute dans le business. L’ancien Premier ministre compte une nouvelle recrue de choc : Jacques-Emmanuel Saulnier, ex-directeur de la com du groupe TotalEnergies, dont il dirige aujourd’hui la fondation pour l’emploi des jeunes, vient de prendre la direction du comité local d’Horizons à Biarritz. »

Castaner vise Monaco

D’après Le Point, nommé à la tête du conseil de surveillance du Grand Port de Marseille mais non encore installé, Christophe Castaner a une autre ambition, dont il a fait part à Emmanuel Macron : devenir ministre d’État à Monaco, c’est-à-dire chef du gouvernement de la principauté. Le détenteur de ce poste prestigieux et très rémunérateur (quelque 35 000 euros net d’impôts) est choisi par le président de la République avant d’être adoubé par le prince.

La délinquance étrangère à Paris

Interrogé par l’Express à l’occasion de la sortie de son livre  « L'ordre nécessaire » (Robert Laffont) l’ex-préfet de police, Didier Lallement révèle qu'"à Paris, 1 délit sur 2 est commis par un étranger, dont beaucoup sont en situation irrégulière. Ils sont à l'origine de 90 à 95 % des vols à la tire". Un problème auquel il n'imagine pas vraiment de solution sans réforme juridique d'ampleur, pas plus que concernant les scènes ouvertes de crack, récemment démantelées porte de la Villette ».

« "La haine et la violence gagnent chaque jour du terrain", s'inquiète celui qui a dirigé les services de renseignement des quatre départements de la petite couronne parisienne pendant trois ans. Le préfet est convaincu qu'un "prochain détonateur" pourrait entraîner de nouveaux débordements. La baisse de la délinquance pendant la durée de ses fonctions ? "Il faut être honnête, c'est en partie dû au covid. En réalité, la violence monte dans l'ensemble de la société » 

Le ministre de l’Education muet ?

L’Obs avoue que « Sur ses sujets de prédilection, Pap Ndiaye est aujourd’hui particulièrement muet, et il ne nous en dira guère plus en quatre heures d’interview dans l’A350 d’Air Caraïbes. »

Pourtant « Pap Ndiaye ne s’en cache pas, il partage le constat de base du macronisme en matière d’éducation : le niveau baisse, arrêtons de le nier ; les inégalités se creusent, c’est notre drame ; et le mal tient autant au manque de moyens qu’au déficit managérial (chez les cadres) et aux faiblesses pédagogiques (chez les enseignants). Si révolution il y a par rapport à Jean-Michel Blanquer, ce n’est donc pas tant sur le fond que dans le style. Blanquer fut le ministre du Macron Jupiter, agissant en toute verticalité ; Ndiaye incarne l’autre facette de notre président Janus : celui du marcheur épris d’horizontalité. Le ministre fait en effet le pari que ce que son prédécesseur n’a pu imposer, il parviendra à le faire advenir en laissant les communautés éducatives se saisir de leur destin. »

Le ministre brosse dans le sens du poil son administration : « Je n’aime pas cette image du mammouth, elle ne me paraît pas juste. L’Education nationale est une énorme administration, certes, mais c’est surtout une belle administration ancrée dans l’histoire, bien conçue, bien pensée, dans laquelle je découvre des gens à la fois compétents et très engagés.

Les hausses de taxes foncières

Le Point met en avant le cri d’alarme de Christophe Demerson, président de l’Union nationale des propriétaires immobiliers (Unpi), « à l’heure où les parlementaires examinent le projet de budget pour 2023. En dix ans, entre 2011 et 2021, les taxes foncières ont augmenté de 24,9 %, soit 2,4 fois plus que l’inflation, et 3,3 fois plus que l’augmentation des loyers. La hausse atteint même 4,7 % pour la seule année 2022 dans les 200 plus grandes villes de France. « On va se retrouver avec un problème social majeur. Côté propriétaires occupants, une hausse des impayés. Côté bailleurs, des biens qui, après la taxe, les impôts, les prélèvements sociaux, les travaux… ne rapportent plus rien. »

L’Obs contre Total

Dans « Les dossiers noirs de Total » l’Obs met les « superprofits »… Faire trop de bénéfices serait donc une tare ? L’Obs considère que l’entreprise est « ultrarentable ». Faut-il perdre de l’argent pour être vertueux ? Le choix des mots et des formules confirme cette impression : "Le vide à la pompe. Le plein de superprofits. (…) Pas touche à la world company. Dans son intervention télévisée du 12 octobre, Emmanuel Macron n’aura pas eu un mot sur le « partage de la valeur » dont la notion semble échapper au groupe pétrolier ».

Le groupe a pourtant annoncé une augmentation de salaire de 7%, comme l’Obs le mentionne, en oubliant la prime allant de 3.000 à 6.000 euros pour tous les employés, ce qui n’est quand même pas un détail.

Quoiqu’il en soit Total, comme le remarque l’Obs, c’est « la 5e société pétrolière mondiale, 2e en gaz naturel liquéfié. Chiffre d’affaires 2021 : 181 milliards d’euros, dont 25 % en France. Effectif : 102 000 salariés dont 34 000 en France. Présent dans 130 pays, avec 300 filiales. 16 000 stations-service dans le monde, dont 3 500 en France. 2,8 millions de barils équivalent pétrole produits par jour en 2021. 

Le business du bien-être

L’Express se méfie. « Que ce soit le yoga, la naturopathie, l'ostéopathie, les stages de jeûne, la méditation ou même les "soins énergétiques", les pratiques "bien-être" ont le vent en poupe. Quelle que soit la cause de cet engouement - pénuries de professionnels de santé, crise sanitaire, climat économique et international anxiogène... - il n'est pas question ici de jeter la pierre aux millions de Français qui se tournent vers ces médecines "douces", dont certaines peuvent effectivement apporter du mieux-être. »

« Mais il faut le dire et le répéter : ce secteur ne fait aujourd'hui l'objet d'aucun contrôle, ou si peu. Or, avec l'augmentation de la demande, l'offre explose. Comment savoir si son professeur de yoga a suivi une formation rigoureuse ou s'il a seulement pris quelques cours sur Internet ? Comment être certain, en poussant la porte de tel ou tel naturopathe, qu'il va bien proposer des conseils d'hygiène de vie, et non des pratiques charlatanesques - iridologie, lithothérapie, magnétothérapie... ? Comment s'assurer que son ostéopathe ne pratique pas de l'ostéopathie crânienne ou viscérale, deux méthodes qui n'ont jamais démontré la moindre efficacité sur aucune pathologie ? ». 

« Bien sûr, la répression des fraudes et la Miviludes veillent. Mais leurs moyens apparaissent bien dérisoires par rapport à l'ampleur du phénomène. »

International

L'Opep, plus forte que jamais

L'organisation des pays exportateurs d'or noir vient d'annoncer une réduction substantielle de la production, au grand dam des Etats-Unis et de l'Europe, impuissants face à la hausse du baril que cette réduction pourrait provoquer.

 « Le camouflet est majeur, notamment pour les Etats-unis et Joe Biden. Celui qui voulait faire de Mohammed ben Salmane un paria à l'international après l'affaire Khashoggi, s'était pourtant rendu mi-juillet en Arabie saoudite dans une opération rédemption de "MBS". "Le président américain pensait ainsi que les Saoudiens seraient plus enclins à mettre davantage de pétrole sur le marché, remarque Francis Perrin, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques. Mais ces derniers ont décidé de suivre un autre chemin." 

Alerte à Taiwan

Le Point s’interroge : « La guerre de Taïwan aura-t-elle lieu ? Maintenant, ou dans une décennie ? Une invasion, ou plutôt un blocus ? Une victoire éclair, ou une guerre mondiale ? Rarement fracture géopolitique n’aura suscité des avis aussi contradictoires.(…) Après soixante-dix ans de menaces et trois crises militaires, en 1955, en 1958 et en 1995-1996, années où la Chine avait encore bombardé durant des mois des îles voisines de ses côtes, les Taïwanais sont comme insensibilisés au danger. »

« Certains dirigeants taïwanais font cependant un diagnostic beaucoup plus alarmant, comme le milliardaire Robert Tsao, fondateur du géant des semi-conducteurs UMC (United Microelectronics Corp). Cet adepte du zen, jusque-là silencieux sur ces affaires géopolitiques, met en garde qui veut l’entendre : « Notre population est trop insouciante, confie-t-il au Point dans son salon aménagé en salle de méditation. La plupart des civils ne croient pas qu’il y aura une attaque militaire. Malgré les manœuvres du mois d’août, c’est comme si les civils ne se rendaient pas compte. (…) Si nous nous reposons sur le gouvernement tout le temps, il pourrait être trop tard. Je ne suis pas contre le gouvernement, mais j’ai un sens plus aigu du danger. »

Liz Truss et la salade

L’Express note que « Pour l'instant, elle tient. Elle est un peu défraîchie, mais elle tient. Non, il ne s'agit pas de Liz Truss, l'actuelle locataire du 10 Downing Street, mais d'une salade, filmée jour et nuit sur le site du Daily star, avec cette légende : "Liz Truss va-t-elle durer plus longtemps que cette laitue ?" Soit sept à dix jours, selon les biologistes. »

« Ce n'est pas gagné, tant la situation de la Première ministre britannique semble critique. Au pouvoir depuis le 5 septembre, Liz Truss a réussi le tour de force de provoquer une crise financière majeure en moins de trois semaines. Sa politique budgétaire controversée a affolé les marchés. »

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !