L’Etat providence est mort, il est urgent d’en tenir compte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L’Etat providence est mort, il est urgent d’en tenir compte
©Reuters

Revue d'analyses financières

L’Etat providence est mort, il est urgent d’en tenir compte

Dans l'œil des marchés : Jean-Jacques Netter, vice-président de l'Institut des Libertés, dresse, chaque mardi, un panorama de ce qu'écrivent les analystes financiers et politiques les plus en vue du marché.

Jean-Jacques Netter

Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.

Voir la bio »

Quand un gouvernement fait une très mauvaise politique économique, il récolte de l’exaspération et du désaveu de la part de citoyens très préoccupés par le chômage, le terrorisme, l’insécurité et l’immigration. Avec un rapport de forces qui repose maintenant sur trois formations politiques : le Front National, Les Républicains et le Parti Socialiste, le pays risque de devenir ingouvernable dans le cadre des institutions de la Cinquième République…

Quand une opposition passe son temps en petites querelles de chefs, les résultats de la droite sont décevants.

L’économie s’accommode très mal de zigags incessants. Cela entretient les anticipations négatives, ralentit les investissements et détruit des emplois.

Depuis des mois, nous dénonçons semaines après semaines les incohérences des décisions économiques qui vont à l’envers de ce qu’il faudrait faire.

L’Etat providence est mort. Il est impossible de continuer longtemps avec des politiques inefficaces.Le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ne cesse d’augmenter. Le niveau de fiscalité confiscatoire a pour résultat d’inciter les entrepreneurs à investir à l’étranger et surtout de les pousser à se délocaliser pour éviter l’ISF.  L’état providence a cannibalisé l’état régalien et la redistribution évincé la production. Dans le même temps l’étatisme et le corporatisme figent et ferment la société. La France se coupe progressivement du monde ouvert du XXIème siècle.

Les outils de l’état providence sont démolis par la mondialisation : la solidarité est tuée par un marché dual  du  travail avec les in et les out (les jeunes). L’élitisme républicain est tué par une école en échec. L’innovation est tuée par l’égalitarisme des chercheurs. La classe moyenne est tuée par l’atrophie de l’industrie.

La France a une incapacité à faire évoluer son modèle fondé sur des structures d’économie administrée des années 70 et la croissance à crédit. Ensuite par son obstination à nier ses problèmes et à refuser de les traiter.

Pour tous ceux qui veulent lire un livre très intéressant qui donne des solutions pour traiter le problème de l’Etat Providence, Tom Palmer, Senior Fellow du Cato Institute a dirigé un livre intitulé « After the Welfare State » publié chez Jameson Books.

Seul le retour à la croissance peut améliorer la paix civile et l’unité nationale.

Quand le rentier gagne plus d’argent que l’entrepreneur, grâce aux politiques laxistes des banques centrales, il n’y a plus de croissance.

Pourquoi a t il été nécessaire que l’on enregistre 12 trimestres consécutifs de destruction des emplois déclarés entre particuliers pour revenir en arrière ?

Pourquoi le taux de chômage est au plus haut depuis 20 ans, ce qui fait de la France le seul pays d’Europe où la situation ne s’améliore pas ?

Pourquoi l'exportation ne concerne que 4,6% des entreprises françaises  contre 13,6% en Allemagne ?

Pourquoi le taux d’imposition moyen des entreprises françaises est de 62,7% selon les calculs de PwC ?  Cela  montre à quel point la France est mal placée.Tant que les entreprises françaises devront se battre dans l’univers de la mondialisation avec un énorme sac de pierre sur le dos

Pourquoi les français partent-ils trop tôt à la retraite ?

Pourquoi la loi santé de Marisol Touraine a quadruplé de volume en un an mais elle n’a pas reculé d’un pouce sur la généralisation du tiers payant qui est une stupidité ?

Pourquoi la réforme du Code du Travail prend-t-elle déjà du retard ?

Pourquoi les crédits du programme Innovation et Recherche  qui devraient s’ajouter au budget des ministères se substituent à leurs dotations comme le fait remarquer la Cour des Comptes ?

La crédibilité de Mario Draghi est écornée

L’activisme de Mario Draghi à la tête de la BCE relève d’une stratégie de plus en plus risquée. Les taux négatifs sont un outil de plus en plus audacieux. C’est une planche à billets qui fonctionne à toute allure qui produit des résultats mitigés et contradictoires. Si la crise de la dette des états a été mise en sommeil tandis que l’Euro revenait pratiquement à parité avec le dollar, les liquidités injectées alimentent la hausse des bourses et des marchés financiers. La baisse des taux d’intérêts profite surtout aux Etats et aux ménages qui possèdent des actifs.

La BCE s’échine à vouloir relancer l’inflation alors qu'aujourd'hui la hausse de la consommation ne tire plus les prix vers le haut comme avant.

La croissance en zone Euro reste anémique. Les grands moyens ne soulagent pas une Europe à la dérive.           

Pour le moment, l’activité industrielle en Europe regagne un peu de  terrain grâce à la baisse de l’Euro. Cela permet à Mario Draghi de revendiquer un début de résultats.

Ce qui est sûr pour l’investisseur est que les obligations européennes n’offrent plus aucune protection contre la déflation, ce qui met bien évidemment en péril tous les systèmes de retraite.

En Allemagne, le marché du travail est en bonne santé. Le chômage est au plus bas depuis 1991. L’Espagne va voter le 20 décembre…

Aux Etats-Unis, l’activité industrielle est toujours médiocre, les résultats des sociétés reculent alors que  les salaires progressent. Les spread de crédit sont à des niveaux de récession. Le bon niveau de création,le taux de chômage est à 5% d’emplois s’explique pour l’essentiel par la bonne santé du secteur des services.

Le comportement des Marchés Emergents dépendra des matières premières

Tout pari sur les EM est un pari sur les matières premières.Pour le pétrole,les stocks sont au plus haut depuis 1980. C’est une situation qui devrait rappeler à un peu d’humilité tous ceux qui nous expliquaient que la planète allait prochainement manquer de pétrole…

Le comportement des marchés émergents n’est pourtant pas uniforme. En Inde, qui profite de la baisse du prix du pétrole, le PIB du troisième trimestre a progressé de 7,4% sur les douze derniers mois. Par contre,  au Brésil, le PIB est en baisse de  -4,5% sur douze mois. L’excédent commercial se réduit en novembre avec des importations qui baissent plus vite (-30%) que les exportations (-11%). En Chine, l’activité industrielle est toujours mauvaise. Le Renminbi fait désormais partie des DTS qui sont l’unité de compte du FMI. Cela fait partie du plan de  conquête du monde par les chinois. La construction de lignes de chemin de fer qui vont rejoindre l’Europe en cinq jours a déjà débuté.  Des cimenteries vont être prochainement construites au Myanmar. Ce qui va être fait par la Chine dans toute l’ Asie sera plus important que ne l’a été à son époque le Plan Marshall pour l’Europe….

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !