Evolution : l'homme de Néandertal qui sommeille en nous se précise ; Cybersécurité : l'évolution des menaces et les nouvelles armes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Evolution : l'homme de Néandertal qui sommeille en nous se précise ; Cybersécurité : l'évolution des menaces et les nouvelles armes
©

Atlantico sciences

Evolution : l'homme de Néandertal qui sommeille en nous se précise ; Cybersécurité : l'évolution des menaces et les nouvelles armes

Et aussi : l'animal mystère, l'unau, ou paresseux à deux doigts ; Navier-Stokes : le problème du prix du millénaire est peut-être résolu ; Trous noirs : Stephen Hawking remet-il en cause leur existence ?

Futura Sciences

Futura Sciences

Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.

Voir la bio »

Évolution : l’Homme de Néandertal qui sommeille en nous se précise

L’Homme moderne non africain possède de nombreux gènes hérités de cousins néandertaliens. Deux équipes de chercheurs viennent de les rechercher chez des centaines d’Homo sapiens en vie, et d’ainsi les cataloguer. Jusqu’à 40 % du génome d’Homo neanderthalensis ont ainsi été retrouvés, mais ils sont dans ce cas de figure répartis entre 1.004 personnes. Ces gènes nous permettraient entre autres de mieux supporter le climat européen.

Les Hommes modernes et de Néandertal ont cohabité par le passé, au point de se reproduire entre eux et d’ainsi donner naissance à des hybrides. Controversée à ses débuts, cette théorie est maintenant acceptée, car validée par des données génétiques. Qui dit hybridation, dit mélange de gènes. Ainsi, les Homo sapiens actuels non originaires d’Afrique ont un génome composé entre 1 et 3 % de gènes transmis par nos cousins. La génétique a également montré qu’il n’y avait pas eu qu’une seule hybridation, bien au contraire.

Lire la suite sur Futura Sciences

Cybersécurité : l'évolution des menaces et les nouvelles armes

Avec l’évolution des techniques, la sécurité informatique change de visage en permanence, pour les grandes entreprises comme pour les particuliers.

C’est ce que nous explique Philippe Leroy, spécialiste de la discipline et impliqué dans un nouveau centre de formation continue, SecureSphere, destiné aux dirigeants concernés par les activités « sensibles ». Mais tout le monde aura intérêt à surveiller ces évolutions.Des révélations sur les écoutes du téléphone portable d’Angela Merkel par la NSA à l’amende de la Cnil infligée à Google pour non-respect des règles de confidentialité françaises, il ne se passe guère de semaine sans qu’une nouvelle affaire éclate. Il y a peu de temps, des experts découvraient un réseau d’objets connectés piratés, parmi lesquels figurait un réfrigérateur, expédiant des spams à l’insu de leurs propriétaires…

Lire la suite sur Futura Sciences

Navier-Stokes : le problème du prix du millénaire est peut-être résolu

Comprendre le comportement des océans, de l'atmosphère et l'écoulement de l'air autour d'un avion ou d'une voiture nécessite de résoudre les équations de Navier-Stokes. Malgré plus d'un siècle de recherche, les mathématiciens n'avaient jamais pu démontrer un théorème fondamental portant sur la résolution de ces équations. Un mathématicien kazakh pense avoir réussi, ce qui lui vaudrait l'attribution d'un des prix du millénaire de l'institut de mathématiques Clay.

Le 8 août 1900, lors du deuxième congrès international des mathématiciens qui se tenait à Paris, David Hilbert avait proposé une liste de 23 problèmes tenant les mathématiciens en échec. Plusieurs ont été résolus et comme le prévoyait Hilbert, certaines de ces solutions ont eu un impact très significatif sur les mathématiques du XXe siècle. On peut citer par exemple le théorème d’incomplétude de Gödel. L’un des 23 problèmes de Hilbert non résolus est celui de la conjecture de Riemann. Il fait maintenant partie de l’un des sept problèmes du prix du millénaire de l’institut de mathématiques Clay.

Lire la suite sur Futura Sciences

L’animal mystère : l'unau, ou paresseux à deux doigts

Le délai est écoulé. Il s'agissait effectivement d'un paresseux, mais il y avait un piège. On voit ici l'une de ses pattes arrière, équipées de trois griffes chez tous les paresseux. Y compris chez les unaus, dont les membres antérieurs n'ont que deux doigts... La beauté de la nature tient notamment de sa diversité.

Et le monde animal n’en manque aucunement. Des nageoires des poissons au pied des escargots en passant par les huit bras de la pieuvre ou les quatre membres des vertébrés terrestres (exception faite des serpents), on trouve de tout. Mais à leur extrémité également. Les primates possèdent des ongles, les ongulés (chevaux, girafes, etc.) des sabots, et les carnivores des griffes. Celles-ci sont apparues avec les reptiles et se composent d’un prolongement osseux souvent allongé et pointu qui équipe de nombreux prédateurs (mais pas seulement), afin de perforer et de mieux saisir leurs proies. À qui appartiennent celles que l’on vous présente ?

Lire la suite sur Futura Sciences

Trous noirs : Stephen Hawking remet-il en cause leur existence ?

Stephen Hawking avait déjà fait sensation il y a 40 ans en annonçant que les trous noirs ne piégeaient pas de l'énergie pour toujours et qu'ils pouvaient s'évaporer. Il s'agissait d'une conséquence des lois de la mécanique quantique. Il jette à nouveau le trouble en suggérant que les trous noirs n'existent pas.

Mais est-ce vraiment ce qu'il affirme ? L'information ayant suscité des réactions et des affirmations parfois fantaisistes, la réponse mérite une analyse fine...Stephen Hawking vient de réaliser un nouveau coup d’éclat médiatique dont il a le secret. On se souvient par exemple il y a quelques années des remous qu’il avait causés avec le boson de Brout-Englert-Higgs. Ses travaux sur la théorie des trous de ver l’avaient conduit à douter de la possibilité de découvrir cette fameuse particule au LHC. Il avait donc parié avec le physicien Gordon Kane qu'on ne l'observerait pas.

Lire la suite sur Futura Sciences

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !