Albert et Charlène, baptême réussi, couple raté ? Carole Middleton, la (pas) royale grand-mère se fait des ennemis partout ; Miley Cyrus, elle veut Cara Delevingne dans son lit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Albert et Charlène, baptême réussi, couple raté ? Carole Middleton, la (pas) royale grand-mère se fait des ennemis partout ; Miley Cyrus, elle veut Cara Delevingne dans son lit
©

Revue de presse people

Albert et Charlène, baptême réussi, couple raté ? Carole Middleton, la (pas) royale grand-mère se fait des ennemis partout ; Miley Cyrus, elle veut Cara Delevingne dans son lit

Et aussi : Princesse Charlotte, dans sa maison offerte par Elisabeth II ; Mylène Farmer s’effeuille sur du papier glacé ; Vanessa Paradis et Benjamin Biolay…

Sandra Freeman

Sandra Freeman

Sandra Freeman est journaliste et productrice.

 

Voir la bio »

Charlène et Albert : un baptême des jumeaux réussi, mais un couple raté ?

Ne dit-on pas que « deux en un, c’est plus malin » ? A croire, que sur le Rocher, on n’y croit pas. « Closer » en fait sa couverture cette semaine : « Charlène et Albert : pour le baptême des jumeaux, ils ont fait la fête… séparément ». Et au magazine de détailler que « le baptême de leurs jumeaux de cinq mois a été une réussite publique et médiatique. Mais le week-end dernier, à Monaco, les sourires étaient plutôt de façade ». Je ne peux pas cacher ma déception. Pourtant Gala, Paris Match, Point de Vue… tous s’accordent à montrer l’équilibre retrouvé chez le couple princier, portant leurs enfants chéris, Jacques et Gabriella, dans la cathédrale de Notre-Dame-Immaculée de Monaco.

Une Charlène exemplaire !

« Charlène les a si longtemps désirés qu’elle ne se retient pas de les embrasser » détaille-t-on dans « Paris Match », avant de décrire l’harmonie jusque dans le détail : « dans un pays où le catholicisme est religion d’état, on ne transige pas avec les rites » et Charlène est devenue la reine du protocole. Au top. A sa place, enfin. « Elle s’est occupée de tout. Même les initiales des jumeaux sur les petits pains ont été prévues »… Tellement parfaite sur tous les fronts que l’hebdo va même jusqu’à sérieusement se demander « comment elle fait pour tenir debout, droite dans ses escarpins ».

Dans « Gala, » on abonde dans ce sens en titrant « Charlène et ses jumeaux, le sourire retrouvé »… et là encore, on décrit une Charlène exemplaire : « la tradition fut respectée. Au-delà de tout pronostic. Et derrière ce succès incontestable, ce judicieux équilibre entre recueillement et adhésion populaire, il faut voir la patte, délicate et ferme, de la nouvelle princesse des cœurs, Charlène ». Qu’est ce qu’on l’aime, Charlène, qui « moins timide que son époux, se laisse embrasser par la foule ».

Alors les mauvaises langues, on les laisse causer, mais chez « Gala », on connaît le vrai-du-vrai : « Depuis des mois, la jeune femme s’emploie à faire revivre le palais, d’où ces travaux d’aménagement toujours en cours qui ont nourri cette rumeur stupide selon laquelle le couple vivait « séparé ». Il est vrai que très proche de son frère et des siens, la jeune maman s’est installée dès le 5 février avec eux dans une maison à Saint-Jean-Cap-Ferrat, mais ceci dans l’unique souci que ses petits ne soient pas importunés par le bruit et la poussière » !

Un Albert célibataire ?

A croire que chez « Closer », ils ne doivent pas souvent lire Gala et préfèrent continuer à faire fantasmer sur cette « rumeur stupide ». Ils rêvent d’un Albert célibataire ou quoi ? c’est un peu ce qu’on est censé comprendre quand on lit qu’après le baptême, Albert n’est même pas resté avec sa femme et ses enfants ! Non ! Il « est parti à une exposition canine avec sa sœur Caroline, sous le chapiteau ». Sous-entendu, il préfère aller voir des chiens que rester en famille ! et ce n’est pas fini… il paraît que deux jours avant le baptême, une fête a été organisée sur le yacht « Double Trouble » pour la famille de Charlène et ses amis proches. Albert y est resté « deux petites heures ». Il avait une autre fête, quelques yachts plus loin « une fiesta concoctée en son honneur » « ambiance très amicale et ô combien festive » jusqu’à 5h du matin. « Dans la nuit, c’est bel et bien seule que Charlène est repartie ». Notez le « ô combien festive » qui pousse à penser que, quand on lit ce qu’on lit, on a parfois raison de penser ce qu’on pense… non ?

Un Harry célibataire ! « elles sont toutes folles de lui »

« Voici » a fait son petit détour par l’Australie : « Quand le petit frère de William met son treillis, toutes les filles rêvent de le lui arracher. Et il adore être adoré »… (qui n’aime pas cela ?) Il n’empêche que la petite famille que construit son frère semble tant féerique qu’inconsciemment, chacune rêve d’être la nouvelle Kate d’Angleterre. En Australie, il a donc « fait des ravages ». Les filles veulent l’épouser, l’embrasser sur la bouche, « tout le monde le veut à tout prix ».

Princesse Charlotte, grande comme un timbre

Et pendant qu’il badine, la petite nièce Princesse Charlotte - qui a une semaine - ne perd pas de temps pour rapporter de l’argent à la famille. Et « Public » de noter que Charlotte a déjà son « timbre à son effigie, mis en vente exclusivement sur l’île de Man, comme le veut la tradition. « Un cadeau de naissance bien léché » (après les bécots de tonton, on reste dans le ton, je vois).

Princesse Charlotte, dans sa maison offerte par Elisabeth II… (2 millions d’euros de travaux pour l’accueil) : Gare aux paparazzi !

« Voici » a choisi de se concentrer sur « Kate et William : Tout sur leur nouvelle vie avec Charlotte » en Une. Ils ont quitté Londres avec baby George et micro baby Charlotte âgée de 4 jours. « Plus qu’un départ à la campagne, c’était surtout celui vers une nouvelle vie »… au nord du Norfolk, dans la résidence d’Aller Hall, qui leur a été offerte par Elizabeth II. Parce que leur souhait le plus cher ? C’est de mener une existence normale.

Dans les environs, le couple a des amis. Ils ont fait une liste des pubs qu’ils aiment fréquenter. « Il y aura toujours une porte dérobée et une table privée pour s’y rendre ».  L’idée, c’est de pouvoir être tranquille : « les gens du coin sont discrets ». Et les autres ?  « Les photographes ont été prévenus par une lettre cinglante (rappelant le passé, sous-entendu ce qui est arrivé à Lady Diana) que les sanctions seraient lourdes s’ils tentaient de photographier la vie privée du couple ou des enfants ».

Dans le conte fée, il y a aussi la belle-mère : Carole Middleton se met tout le monde à dos… Y compris son propre mari

Kate et William sont installés à la campagne, loin des regards… Mais très près de la mère de Kate, qui est logée dans une maison proche… on la surnomme « la cerbère », « la gardienne » rapporte-t-on dans « Closer ». « Cela fait des semaines que la vie de William est régie par un tyran » et il semblerait que depuis la naissance de Charlotte « le soutien s’est mué en ingérence » : elle choisit les menus, interdit les coups de fils à table, donne des instructions au personnel… « son but : former un barrage entre le couple princier et le reste du monde » dixit le Daily Mail qui fait cas d’un vrai ras le bol du personnel mais aussi des amis de William : « ils en font une affaire de classe sociale : en général les mères de la haute société s’effacent, laissant les nurses gérer »… un tacle violent pour « celle qui a toujours tenté de se délester de son étiquette de roturière ». Quant à son mari, « dans les faits, ils vivent séparés depuis des semaines et tout le monde, Kate en tête, craint qu’ils ne divorcent » !

Miley Cyrus veut Cara Delevingne… dans son lit !

Ce serait son dernier caprice, selon « Public », « 15 jours après s’être séparée de Patrick Schwarzenegger, pour cause d’infidélité, elle dégaine son plan B : les filles ». La semaine dernière, elle affirmait dans le « Time » : « Je préfère parler de non-hétérosexualité que de bisexualité. J’ai eu des relations qui n’étaient pas hétérosexuelles ». Cara, « the » égérie de la mode en ce moment, sort actuellement avec la chanteuse St. Vincent… Mais, Public l’avoue : « on attend le french kiss Miley et Cara… bientôt sur twitter ?».

Abou : A cause de Zahia, il n’a pu que flirter avec Marion Maréchal-Le Pen

Je relis ce titre que je viens d’écrire, et je ris. C’est du n’importe quoi. Je me dis que ces magazines people me poussent parfois à aller bien loin. Mais, je ne fais que me baser sur deux pages dans « Public ». Qui est cet Abou ? c’est le « Abou de la Nouvelle Star »… qui ? Abou Sofiane, dont la vie a basculé le 12 avril 2010 quand il est « cueilli par la police ». On lui reproche d’avoir « joué les intermédiaires entre des prostituées – dont Zahia – et des stars du ballon rond. C’est le début de l’affaire Zahia. Incarcéré pendant 6 semaines, condamné à deux ans de prison dont un avec sursis pour proxénétisme aggravé ». Un jugement qu’il conteste.

Aujourd’hui, l’homme semble bien abîmé : il touche le RSA et le fisc lui réclame 800 000 euros et il écrit un livre sans doute pour renflouer ses poches dont le titre est « Zahia m’a tué ».

Et qu’est ce qu’il y raconte ? des trucs comme ça : «  Je l’avoue, Marion Maréchal-Le Pen me plaisait physiquement, même si elle était un peu jeune… je pense qu’il y avait moyen de moyenner ». « Moi socialiste et anti-FN, je l’imaginais déjà à mon bras, dînant en famille chez les Le Pen ». « Je l’ai rencontrée par hasard dans une soirée. On a sympathisé. On a échangé nos numéros de téléphone. On avait prévu de se revoir, mais l’affaire Zahia m’est tombée dessus. ». Et même, « j’ai flirté avec Marion Maréchal-Le Pen ». Mythomane ou victime ? « Closer » pose la question.

Laissons plutôt parler le monsieur quand il s’emballe un peu : « comme Marine avec qui j’ai passé une soirée, je peux vous garantir que ni l’une ni l’autre ne sont racistes »…. Ah oui, ça aide à comprendre si le bonhomme est bien clair dans sa tête, non ?

« Maudites » : Jeannette Bougrab (qu’on ne retrouve plus que dans la presse people) règle ses comptes avec l’équipe de « Charlie »

Avant qu’elle ne quitte la France, elle sort son livre « Maudites », chez Albin Michel, pour remettre les pendules à l’heure, et surtout « pour nous conter, en un chapitre, son histoire d’amour avec Charb » résume « Voici » :  « J’ai été contrainte de divulguer ma vie privée, des photos, des vidéos »… Elle raconte l’homme qui allait lui chercher des « pains au chocolat » au réveil, qui la suivait « volontiers dans des soirées », et qui la submergeait de textos tendres toute la journée. Dans « Paris Match », on publie ses photos avec sa fille et avec Charb, les dessins qu’il a fait pour May, (« C’est May qui m’a appris à faire caca dans le pot » a écrit Charb), ceux qu’il a fait pour elle (« Bougrab, je vous love »)… Un « impudique bilan comptable de ses sentiments » commente « Voici » qui semble même choqué quand elle compare sa douleur à celle de Farzana Parveen (la jeune femme lapidée au Pakistan) : « elle en oublierait presque de jeter un voile de pudeur sur ses maux ».

« Closer » rapporte qu’en fait, au lendemain du drame, elle s’est sentie niée par l’entourage de « l’homme du reste de sa vie ». D’ailleurs aujourd’hui, elle recadre l’histoire différemment : « Se sachant menacé par ces dingues de la kalachnikov, il voulait nous protéger, ma fille et moi. Je constate aujourd’hui que c’était surtout de son entourage qu’il voulait nous préserver. Un entourage possessif, exclusif, intolérant, un clan d’aboyeurs qui ont voulu salir notre histoire ».

« Fragile » : Mylène Farmer s’effeuille sur du papier glacé

« Ses fans attendaient un nouvel album ou une tournée. L’énigmatique chanteuse a préféré s’effeuiller devant l’objectif de la photographe Sylvie Lancrenon pour un livre sensuel à l’extrême »… elle s’y révèle selon Gala « sauvage comme une image ». Il est vrai que les photos sont puissantes et donnent à voir « une autre femme quasiment à nu, de talc et d’argile ». Original. Et surtout une Mylène qui ne vieillit pas, mais qui change d’image. Animale. D’ailleurs, la photographe explique « je l’ai laissée venir à moi un peu comme on apprivoise un animal ».

Kim Kardashian l’exhibitionniste, vue par « Voici », « Closer », et « Public » cette semaine

A poil et peinturlurée sur « Closer » qui propose comme « image de la semaine », une photo prise à Los Angeles le 11 mai. « Poser nue pour Kim c’est la routine. Cette fois elle s’est fait photographier en plein désert avec une bande de peinture blanche sur sa peau bronzée. Une vraie œuvre d’art en chair et en os… avec un poil de plastique ».

En morphing dans « Public » qui retrace en photo l’évolution du look de la star de télé-réalité et « ses opérations chirurgicales : nez refait, pommettes rehaussées, lèvres gonflées, front botoxé qui font recette ». La source de ces photos : 448 pages de « bonheur narcissique », soit un livre qui paraît sur Kim et ses selfies. En caricature dans « Voici » qui utilise la même source de photos que « Public » mais les détourne : « Jaloux, on a décidé de l’imiter au bureau pour voir si on pouvait être aussi sexy qu’elle ». « Après la bimbo, c’est donc Voici qui enlève le haut »… et franchement c’est moins joli, mais bien plus intéressant (que ce soit chez le coiffeur, en soirée, en maillot, avec décolleté, avec un bébé).

Kim Kardashian, la relève est assurée avec sa demi-sœur Kylie Jenner

Elle a « 17 ans et est pire qu’une Kardashian » lâche-t-on dans « Voici ». « La demi-sœur de Kim brûle les étapes ». Ce n’est qu’une ado mais elle s’est déjà métamorphosée en bimbo, encouragée par sa maman.

« Pour sa mère Kris Jenner (qui a commercialisé la sextape de Kim, rappelle-t-on) il n’est jamais trop tôt pour s’émanciper. Aujourd’hui, elle a (déjà) une villa à 2,5 millions de dollars, et (déjà) un fiancé qui ne la respecte pas vraiment : « Elle est avec un rappeur, Tyga, 26 ans et déjà papa : « je me la tape » dit-il avec poésie. Kim se laissant traiter de « perfect bitch » (parfaite chienne) par Kanye West, il fallait rester au niveau ».ça donne envie…

La couverture de magasine qui ne sert à rien : Vanessa Paradis et Benjamin Biolay

Le titre de couv’ de « Public » ? « leur vie extraordinaire  à L.A. ». Le contenu du papier ? Ils vivent presque comme M. et Mme Tout-le-Monde (donc ordinaire si je comprends bien… le contraire de extraordinaire a priori, non ?) : Balade avec Anna, la fille de Benjamin et de Chiara Mastroianni, détour par le supermarché. Ok. Et quoi de neuf ? « Depuis leur rencontre en 2012, ils ne se sont plus quittés ». Donc rien de neuf. C’est bien ça.

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !