« Zone Interdite » : Ophélie Meunier a été menacée et placée sous protection après l’enquête sur l’islam radical diffusée sur M6 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
La journaliste Ophélie Meunier est la cible de messages inquiétants depuis la diffusion du dernier numéro de « Zone Interdite » sur l’islam radical. Elle a été placée sous protection.
La journaliste Ophélie Meunier est la cible de messages inquiétants depuis la diffusion du dernier numéro de « Zone Interdite » sur l’islam radical. Elle a été placée sous protection.
©Kenzo TRIBOUILLARD / AFP

Reportages de terrain

« Zone Interdite » : Ophélie Meunier a été menacée et placée sous protection après l’enquête sur l’islam radical diffusée sur M6

Selon Nicolas de Tavernost, président du directoire du groupe M6, la journaliste Ophélie Meunier est la cible de messages inquiétants depuis la diffusion du dernier numéro de « Zone Interdite » sur l’islam radical.

Le dernier numéro de l’émission « Zone interdite » sur M6 s’intéressait à l’islam radical. Dans cette enquête et cette série de reportages, le magazine faisait un état des lieux sur le terrain. Les équipes de M6 ont réussi à pénétrer dans différents lieux comme des écoles hors contrat ou des édifices religieux. L’une des séquences se déroulant dans la ville de Roubaix a été très commentée. Une boutique de jouets vend dans cette ville des poupées sans visage au nom de principes religieux. Une librairie islamique proposait également à ses clients un livre pronant la défense de l’islam par les armes.

Depuis la diffusion du reportage, un juriste qui apparaît dans plusieurs séquences aurait reçu des menaces de mort. Cet homme s’est confié à la rédaction de BFMTV :

« Mon numéro de téléphone a circulé sur les réseaux sociaux, plusieurs appels au meurtre ont été diffusés. On me menace de décapitation, d’égorgement, de s’en prendre à moi parce que j’ai tenu un discours de vérité à visage découvert et en particulier sur l’inaction du maire de ma commune ».

Selon le président du directoire de M6, Nicolas de Tavernost, Ophélie Meunier, la présentatrice de « Zone interdite », a aussi été la cible de messages menaçants nécessitant son placement sous protection.

Nicolas de Tavernost a notamment été entendu par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias et sur la question de l’ingérence. Il a évoqué le numéro du magazine d’information diffusé dimanche dernier, selon des informations du Figaro :

« Nous avons fait une émission « Zone interdite » qui a eu pas mal de répercussions. Nous avons discuté de cette émission. Si vous appelez cela de l’ingérence M. Assouline [le rapporteur de la commission d’enquête, ndlr], j’ai été ingérant sur cette émission. J’ai demandé si nous avions les garanties, si c’était une émission « extrémiste », j’ai demandé si la présentatrice qui est menacée, était protégée, j’ai demandé si les témoins qui parlaient étaient bien floutés etc... ».

Avant la diffusion de l'enquête dimanche dernier, le président du directoire de M6 s'est donc assuré que sa présentatrice, « menacée », soit « protégée ».

Nicolas de Tavernost a personnellement donné son autorisation à la diffusion du dernier numéro du magazine « Zone interdite ».

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !