Valérie Pécresse déroule son programme sur la sécurité et la justice | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Valérie Pécresse
Valérie Pécresse
©JOEL SAGET / AFP

Présidentielle

Valérie Pécresse déroule son programme sur la sécurité et la justice

La candidate n'a pas seulement parlé de "karcher"

En déplacement à Cavaillon, Valérie Pécresse n'a pas seulement parlé de "karcher", elle a fait des constats et des propositions dans le domaine de la sécurité et de la justice. Extraits :

"Je vous pose la question : Où est la France lorsqu’à l’entrée d’une rue, une bande de caïds tient un checkpoint pour filtrer les entrées du quartier ?" 

"Où est la France lorsque les bandes imposent aux habitants un couvre-feu de fait en squattant les halls d’immeubles ?"

"Comment partager l’amour de la France lorsque le professeur tremble devant ses élèves ?" 

"Comment être Française, sourire aux lèvres, lorsqu’on ne peut plus porter une jupe sans se faire insulter ?"  

"Et puis, comment croire en la République, lorsque des policiers, gendarmes et pompiers sont pris pour cibles sans que leurs agresseurs ne soient jamais sanctionnés ? Lorsqu’une victime doit attendre des mois et des mois pour obtenir réparation ? Pire, lorsqu’elle doit se résoudre à un classement sans suite ?"

"Notre justice est noyée. 5000 magistrats viennent de signer une tribune dénonçant leurs conditions scandaleuses de travail. Ils sont en immense souffrance. On compte en France deux fois moins de juges et de procureurs qu’en Allemagne. Rien qu’au Civil, deux millions de Français attendent que la Loi soit dite et appliquée."

"Cinq milliards d’euros seront consacrés à l’équipement de nos forces de l’ordre. Et 9 milliards d’euros – soit une augmentation de 50% de leurs moyens - le seront pour en finir avec la grande misère des tribunaux et des prisons. Nous recruterons 3000 juges, 3000 greffiers et 2000 procureurs."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !