Un ex-employé de Facebook accuse l'entreprise d'avoir sapé la lutte contre la désinformation pour ne pas perdre l'attention des utilisateurs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Un ex-employé de Facebook accuse l'entreprise d'avoir sapé la lutte contre la désinformation pour ne pas perdre l'attention des utilisateurs
©Chris DELMAS / AFP

Lanceur d'alerte

Un ex-employé de Facebook accuse l'entreprise d'avoir sapé la lutte contre la désinformation pour ne pas perdre l'attention des utilisateurs

Un ancien membre de l'équipe de Facebook en charge de l'intégrité civique de la plateforme accuse les dirigeants de l'entreprise de faire passer les revenus avant la modérations des contenus.

Nous n'avons pas fini d'entendre parler du géant américain. Après la panne d'activité qui a eu lieu il y a quelques semaines et le témoigage de Frances Haugen, ex-ingénieur de l'entreprise, au Congrès un nouveau lanceur d'alerte égratigne Facebook. Membre d'une équipe chargée de l'intégrité civique du réseau social, cet ancien employé accuse les dirigeants de faire passer les profits avant la modération des contenus problèmatiques. D'après le Washington Post, il aurait déposé une requête auprès de l'autorité boursière américiane à ce propos.  

Selon le célèbre journal américain, cet ancien employé accuse Facebook d'avoir contribué à saper les efforts de la lutte contre la désinformation, les discours haineux et contenus pour ne pas se mettre à dos Donald Trump et ses alliés. Par la même occasion, ils ne voulaient pas perdre l'attention des utilsiateurs. 

En réaction Facebook a dans un communiqué affirmé que l'entreprise avait investi pour assainir la plateforme et contribué au bon développement de la démocratie. Mais l'histoire ne va pas s'arrêter là et de nombreux médias devraient publier dans peu de temps des articles suite à des inforamtions transmises par des lanceurs d'alertes.  

À Lire Aussi

Facebook renonce à signaler les fake news car... les gens cliquaient encore plus ! Mais de quel mal sommes-nous tous atteints ?
Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !