Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Lecointre, chef d'état-major des Armées, avait annoncé des sanctions contre les militaires signataires de la tribune.
François Lecointre, chef d'état-major des Armées, avait annoncé des sanctions contre les militaires signataires de la tribune.
©JOEL SAGET / AFP

Procédure disciplinaire

Tribune dans Valeurs actuelles : six généraux convoqués devant un "conseil supérieur"

Les auditions devraient avoir lieu d'ici "quelques mois".

Un mois après la polémique concernant des tribunes de militaires publiées dans le magazine Valeurs actuelles, le processus disciplinaire contre certains des signatures a débuté, révèle Le Monde. Le quotidien annonce que six généraux de réserve ont reçu des convocations signées par la ministre des armées, Florence Parly, pour un "conseil supérieur" de discipline qui donnera un avis sur les suites envisagées. 

Les officiers convoqués sont ceux qui ont publiquement assumé cette signature dans les médias. Les autres généraux "2S" ont reçu un courrier leur demandant s'ils confirmaient avoir signé la tribune. Si tel est le cas, ils seront convoqués à leur tour. Le Monde explique que "ces officiers généraux 2S ou « OG2S », comme ils sont appelés dans le jargon militaire, sont tous des retraités âgés. Mais leur statut d’OG2S, prestigieux, les rattache encore statutairement à l’institution".

Selon Le Monde, le ministère des armées considère que cette tribune "au ton accusatoire, outrancier et polémique", a "porté sur le devenir de la cohésion et de la sécurité nationales" et a "engagé l’image des armées".

Au terme de la procédure devant le conseil supérieur, le dernier mot en matière de sanction revient au président de la République, chef des armées. Les généraux concernés risquent la radiation.

À Lire Aussi

(Dés)ordre public : la Ve République, colosse aux pieds d’argile ?

Pour rappel, les signataires de la tribune du 21 avril (ceux concernés par la procédure disciplinaire, les auteurs de la seconde tribune n'ayant pas été identifiaient) dénoncaient le "délitement" de la France et appellaient le président Emmanuel Macron à défendre le patriotisme. Selon un sondage Harris Interactive réalisé pour LCI, 58 % des personnes interrogées soutiennent les militaires ayant signé la tribune.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !