Villepin réplique à Takieddine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Villepin réplique 
à Takieddine
©

Karachi

Villepin réplique à Takieddine

L'homme d'affaire avait évoqué un complot de l'ex-Premier ministre contre Sarkozy. Qu'il "donne des preuves", répond Villepin.

Mise à jour le 7 octobre à 9h

A son tour invité d'Europe1 vendredi 7 octobre, Dominique de Villepin a répondu aux accusations portées par l'homme d'affaire Ziad Takieddine, qui l'accusait d'être à l'origine d'un complot contre le chef de l'Etat. dans l'affaire Karachi. "Ça fait un an que la justice lui pose des questions. N’inversons pas les rôles", a déclaré l’ex-Premier ministre. Avant d'ajouter "Il y a une semaine, il mettait en cause les plus hautes autorités de l’Etat. Aujourd’hui, il nous ressort la théorie du complot. Il n’y a rien de nouveau. Il a des preuves ? Qu’il les apporte à la justice. C’est à la justice d’apprécier des choses".

 

Le 6 octobre

L'homme d'affaires libanais a lancé une accusation contre Dominique de Villepin. Ziad Takieddine, mis en examen par la justice française dans le volet financier de l'affaire Karachi, a contre-attaqué jeudi matin sur Europe 1.

"C’est un complot contre le président de la République, avec les mêmes acteurs que l’affaire Clearstream. Sauf que cette fois ils vont devoir répondre d’actes criminels", a lancé l'homme d’affaires. Il a ensuite lancé:  "Celui qui doit répondre de ses actes sur l’ensemble du dossier, de 1996 à aujourd’hui, s’appelle Dominique de Villepin". Visiblement très déterminé, Ziad Takieddine a martelé "c’est une accusation très grave que je maintiens, sur la base d’éléments que je possède, que je transmettrais à la justice".

Récemment mis en examen pour complicité et recel d'abus de bien sociaux et pour faux témoignage, Ziad Takieddine a été entendu pendant 10h par le juge Van Ruymbeke. La justice française soupçonne l'homme d'affaire libanais d'avoir touché des commissions dans le cadre des contrats d'armements avec l'Arabie Saoudite et le Pakistan, pour ensuite en reverser une partie dans les caisses de campagne d'Edouard Balladur.

 

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !