Soupçons d'évasion fiscale : Johnny Hallyday dément | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Soupçons d'évasion fiscale : Johnny Hallyday dément
©

Non, c'est vrai

Soupçons d'évasion fiscale : Johnny Hallyday dément

La Radio télévision suisse (RTS) a diffusé jeudi une enquête visant à démontrer que le chanteur et sa femme passaient moins de six mois et un jour par an à Gstaad.

Johnny Hallyday a-t-il fraudé ? La question se pose et les médias français ont largement relayé l'enquête de la RTS qui a affirmé jeudi soir dans un documentaire que le chanteur et sa femme passaient moins de six mois et un jour par an à Gstaad, en Suisse, condition pour bénéficier des avantages fiscaux de ce pays.

Johnny a été "pisté" par des publications géolocalisées sur les réseaux sociaux. Ainsi d'après cette enquête, les journalistes affirment qu'il n'a passé qu'une quinzaine de jour en Suisse l'année dernière. La star a aussitôt riposté. "Ces journalistes sont des imbéciles je suis résident US, et pas résident suisse", a écrit le chanteur sur son compte Twitter jeudi soir. 

La polémique s'est déplacé sur le terrain politique puisque Yann Galut, ex-rapporteur PS du projet de loi sur la fraude fiscale à l'Assemblée nationale, a appelé le chanteur à clarifier sa situation. "Si ces révélations s'avèrent réelles, Jean-Philippe Smet passerait de la catégorie d'exilé fiscal, qui bien que parfois immorale est légale, à la catégorie des évadés fiscaux, elle, particulièrement scandaleuse et totalement répréhensible. A ce titre, il pourrait être poursuivi par la justice française pour avoir organisé une fraude à l'impôt", a-t-il expliqué.

Interrogé à ce sujet sur Europe 1 ce vendredi matin, Bernard Cazeneuve s'est retranché derrière le secret fiscal.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !