Royaume-Uni : les députés autorisent la fécondation in vitro à trois parents | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le procédé permet de féconder un enfant à partir de trois ADN.
Le procédé permet de féconder un enfant à partir de trois ADN.
©Reuters

Bizarre

Royaume-Uni : les députés autorisent la fécondation in vitro à trois parents

Cette technique doit permettre d'éviter la transmission de certaines maladies génétiques.

Un bébé, trois "parents". C'est à peu près la nouvelle règle que viennent d'éditer les députés britanniques après s'être prononcés en faveur d'une fécondation in vitro à partir de trois ADN différents. Ce projet, approuvé par 382 députés alors que 128 ont voté contre, doit encore passer devant la Chambre des Lords le 23 février. Cette étape est considérée comme une simple formalité au Royaume-Uni.

Ce dernier devient ainsi le premier pays au monde à autoriser ce procédé. Dans les faits, cette technique consiste à remplacer dans l'ovocyte qui doit être fécondé les mitochondries, des petites parties présentes dans toutes les cellules qui fournissent l'énergie nécessaire à leur multiplication, et transmises dans l'embryon par la mère. Lorsque que ces mitochondries sont défectueuses, elles provoquent un déficit énergétique ce qui peut déclencher des maladies dégénératives graves comme le diabète ou la myopathie.

Ainsi, au moment de la fécondation, l'ADN de la mère est remplacé dans ces organismes par un ADN sain, dont la donneuse restera anonyme. L'ovocyte est ensuite placé dans l'utérus de la mère. La controverse porte sur le fait que cet ADN "importé" d'une troisième personne se transmettra ensuite de génération en génération. Pour autant, l'ADN mitochondrial représente moins d'un pour cent de l'ADN total du corps humain. 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !