Royaume-Uni : un professeur obligé de fuir après avoir montré des caricatures de Mahomet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Religion
Le cas de cet enseignant menacé rappelle, en France, l'attentat qui a coûté la vie à Samuel Paty.
Le cas de cet enseignant menacé rappelle, en France, l'attentat qui a coûté la vie à Samuel Paty.
©Philippe LOPEZ / AFP

Menaces

Royaume-Uni : un professeur obligé de fuir après avoir montré des caricatures de Mahomet

Le professeur, qui enseigne dans une ville à 40% musulmane, a dû quitter son domicile avec sa compagne et demander une protection policière.

Un professeur britannique de religion a été forcé de fuir son domicile, du fait de la colère de parents musulmans, qui manifestent depuis le jeudi 25 mars devant son école. Son crime ? Avoir montré des caricatures prophète Mahomet. Les parents réclament que cet enseignant de l'école Batley Grammar, dans la banlieue de Leeds, démissionne ou soit licencié.

Bien que le directeur de l'école ait présenté des excuses et annoncé que l'enseignant a été suspendu dans l'attente d'une enquête formelle indépendante, les parents ont continué leurs manifestations. L'école a conseillé aux élèves de rester chez eux et l'enseignant, en poste depuis près de trente ans, a dû quitter son domicile avec sa compagne et demander une protection policière, du fait de menaces.

Selon diverses sources, il aurait montré le lundi 22 mars des caricatures de Mahomet qui seraient issues de Charlie Hebdo. D’après des témoignages d’élèves "le professeur enseignait lors de ce cours le racisme et le blasphème. Il avait prévenu les élèves avant de montrer les images".

Dans une ville où les musulmans représentent 41 % de la population, le geste du professeur a été peu apprécié et son nom a été diffusé sur les réseaux sociaux, accompagné de menaces. Devant l’ampleur des rassemblements devant l'école, une trentaine d'hommes jeudi et d'avantage vendredi, dont aucun n'aurait d'enfant dans l'établissement, le ministère de l’Education a publié un communiqué encourageant "le dialogue entre les parents et l’école" et rappelant qu’il est "inacceptable de menacer ou d’intimider les enseignants".

À Lire Aussi

Le Royaume-Uni pourrait placer la France sur sa « liste rouge » de restrictions de voyage
La Croix

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !