Roselyne Bachelot précise les conditions de réouverture des lieux de culture et l'utilisation du pass sanitaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Roselyne Bachelot
Roselyne Bachelot
©Capture d'écran France Inter

Coronavirus

Roselyne Bachelot précise les conditions de réouverture des lieux de culture et l'utilisation du pass sanitaire

À partir du 1er juillet, les grands festivals de musique debout seront autorisés sans limite de jauge

Concernant la décision de réouvririr ou de ne pas réouvrir les lieux culturels, Roselyne Bachelot a déclaré ce matin sur France Inter : "ce n’est pas à moi de décider à la place des patrons de lieux culturels leur réouverture (...). Mais beaucoup de dirigeants disent qu’ils veulent rouvrir, qu’ils ont faim de pouvoir se produire, comme les artistes et les techniciens. On les a toujours accompagnés financièrement, on va les accompagner pour compenser les pertes de chiffres d’affaires inéluctables."

"Pour les festivals, beaucoup vont rouvrir très vite, notamment les plus petits. Ce qui pose un problème sanitaire, ce sont les grands festivals de musique debout, dont certains ont déjà renoncé à la saison. À partir du 1er juillet, ils seront autorisés sans limite de jauge (...) la proposition de 4 m² par personne a été émise par des professionnels". 

Concernant le pass sanitaire, la ministre de la Culture précise  "les personnels, les bénévoles, les gestionnaires des festivals ne seront pas concernés par cette obligation du pass sanitaire"

Pour le public : "Les pass seront vérifiés avec des lecteurs de QR codes, sur l’application TousAntiCovid ou sur un pass papier. Seuls seront visibles le fait que vous avez un pass sanitaire valide ou non, et les nom et prénom de la personne : il n’y aura aucun autre élément. Nous sommes en train de travailler sur la jonction entre le pass sanitaire et la billetterie, ce qui permettra de simplifier au maximum les dispositions."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !