Réserve parlementaire : la majorité lève le voile sur son fonctionnement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Réserve parlementaire : la majorité lève le voile sur son fonctionnement
©

Argent public

Réserve parlementaire : la majorité lève le voile sur son fonctionnement

C'est la première fois que les détails de l'utilisation de ces subventions sont rendus publics.

Les présidents socialistes du Sénat et de l'Assemblée nationale ont publié la répartition de la réserve parlementaire, une coquette somme de 134 millions d'euros répartis arbitrairement entre les sénateurs et les députés. Inscrit au budget du ministère de l'Intérieur pour financer les collectivités locales, ce système permet de financer de nombreux projets à la discrétion des élus.

Bernard Accoyer a dépensé 6,31 millions d'euros, devenant ainsi l'élu qui aura le plus utilisé la réserve parlementaire. L'ancien président de l'Assemblée nationale a distribué 6,3 millions d'euros de subventions de manière assez dispersée, privilégiant toutefois son département d'élection, la Haute-Savoie, à hauteur de 2,3 millions d'euros (36 % de ses dépenses). Gilles Carrez (3,13 millions) et François Marc (2,80 millions) le suivent de loin.

Jérôme Cahuzac aura été le ministre le plus dépensier, distribuant 1,4 million d'euros pour une quarantaine de projets dans le Lot-et-Garonne. Les dépenses de l'ancien ministre du Budget s'expliquent par la fonction qu'il occupait lors de la précédente législature. L'ancien maire de Villeneuve-sur-Lot était président de la commission des finances. Nicole Bricq (610 000 euros) et Jean-Marc Ayrault (320 000 euros) complètent le podium des dépenses des ministres. François Hollande a, quant à lui, subventionné des projets d'urbanisme pour la Corrèze à hauteur de 100 000 euros.

Le montant de l'enveloppe alloué aux élus est décidé lors du vote du budget à l'automne. Les parlementaires remplissent alors une fiche dans laquelle ils indiquent à quelles collectivités et/ou associations ils souhaitent donner des subventions et le montant des projets qu'ils ont choisis. Relativement opaque, ce système de financement - que les élus ne comprennent pas forcément - va faire l'objet d'une réforme pour les années à venir.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !