Pour le directeur de l'OMS en Europe, un taux de vaccination élevé n'arrivera pas à stopper la pandémie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Pour le directeur de l'OMS en Europe, un taux de vaccination élevé n'arrivera pas à stopper la pandémie
©ALEXANDER ASTAFYEV / SPUTNIK / AFP

Stratégie vaccinale

Pour le directeur de l'OMS en Europe, un taux de vaccination élevé n'arrivera pas à stopper la pandémie

Selon lui les variants ont diminué la possibilité d'une immunité collective.

On pensait que la pandémie allait bientôt être derrière nous, mais le spropos de Hans Kluge, directeur de l'OMS en Europe ne sont pas rassurants. Selon lui il faut «anticiper pour adapter nos stratégies de vaccination» notamment sur les doses supplémentaires. 

Interrogé vendredi dernier sur la fin de la pandémie grâce à une forte couverture vaccinale, il a affirmé que les variants avait changé la donne et qu'aujourd'hui "l'objectif essentiel de la vaccination est avant tout d'empêcher les formes graves de la maladie et la mortalité". Il ajoute que «si on considère que le Covid va continuer à muter et rester avec nous, comme la grippe, alors nous devons anticiper comment adapter progressivement notre stratégie de vaccination à la transmission endémique, et acquérir un savoir très précieux sur l'impact des doses supplémentaires»

Il note toute de même qu'un fort taux de vaccination est indispensable "pour réduire la pression sur nos systèmes de santé qui ont désespérément besoin de traiter les autres maladies que le Covid". L'épidémie sera certes toujours là, mais les hôpitaux eux seront moins surchargé à cause de la vaccination. Rappelons que les gestes barrières restent aussi très efficaces.

 

À Lire Aussi

Variant Delta : ce sombre scénario que personne ne veut vraiment regarder en face
News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !