Pour l'Institut Pasteur, le retour à la normale ne pourra se faire sans vaccination massive | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Pour l'Institut Pasteur, le retour à la normale ne pourra se faire sans vaccination massive
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Vaccin obligatoire

Pour l'Institut Pasteur, le retour à la normale ne pourra se faire sans vaccination massive

Selon les dernières modélisations publiées mardi dernier par l'Institut Pasteur : "notre capacité à relâcher les mesures de contrôle dépendra de la couverture vaccinale atteinte dans les différents groupes d’âge".

À quand les jours heureux ? Bientôt selon l'Institut Pasteur mais il est nécessaire d'accélérer la vaccination. Avant de pouvoir lever les restrictions à l'automne de cette année, leur dernières modélisations insistent de la nécessiter d'inoculer le vaccin dans toutes les tranches d'âges. 
Rendues publiques ce mardi, ces dernières modélisations démontrent que seule la vaccination des plus fragiles est insuffisante "pour que le nombre d’admissions de patients Covid-19 reste inférieur à 1000 par jour".
Les chercheurs de l'Institut estiment que dans le contexte de la criculation du variant anglais, plus contagieux, la vaccination des personnes agées doit être accompagnée des autres tranches d'âges. Si 90% des plus de 65 ans sont vaccinés mais que seuls 70% des 18-64 le sont, alors l'abandon total des restrictions actuelles ne serait pas possible d'après leur modélisation. L'institut note que que les mesures actuelles permettent de réduire "les taux de transmission dans la population générale de 15-27%" - "en guise de comparaison, pendant le confinement de mars-mai 2020, les taux de transmission ont été réduits de 80%".
Dans un entretien accordé au Parisien Simon Cauchemez, responsable du laboratoire de modélisation mathématique des maladies infectieuses à l’Institut Pasteur et auteur principal de l’étude poursuit : " ces modèles permettent de faire comprendre est que même si je ne suis pas à risque, c’est utile que je me fasse vacciner pour que l’on puisse retrouver une vie normale. Si on ne vaccinait que les personnes les plus fragiles, ce ne serait pas suffisant.". 

Il poursuit en notant qu'une campagne de vaccination des populations les plus jeunes serait importante pour sortir de la crise car "si seuls les adultes sont vaccinés, une épidémie importante est malgré tout attendue chez les enfants, contribuant à l’infection des parents et des grands-parents non protégés". 

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !