Pénurie d’essence : toutes les raffineries ont voté la grève | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Pénurie d’essence : toutes les raffineries ont voté la grève
©Reuters

En force

Pénurie d’essence : toutes les raffineries ont voté la grève

Ce matin, la raffinerie de la Fos-sur-Mer a été débloquée par la police. Manuel Valls promet d'autres interventions.

Alors que la pénurie se rapproche un grand pas, le gouvernement a décidé de d’utiliser la force pour éviter cette situation. Dans la nuit, la police est ainsi intervenue pour débloquer la raffinerie de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Arrivées vers 4h15, les forces de l’ordre ont dû faire face à "une résistance importante’’ selon la préfecture qui évoque des ‘’jets de projectiles’’ contre les agents. Selon la CGT, la police a chargé ‘’sans sommation’’ en utilisant du gaz lacrymogène et des canons à eau. Au petit matin, les premiers camions ont débuté leur sortie, escortés par la police. "Les forces de l'ordre tiennent le périmètre pour éviter toute réimplantation de barrages" précise la préfecture.           

"Nous continuerons à évacuer les sites et dépôts qui sont bloqués par la CGT", affirme Manuel Valls sur Europe 1. La CGT "trouvera une réponse extrêmement ferme" de la part du gouvernement. "Il y a un texte de loi qui a été adopté par l’Assemblée. Ce texte va poursuivre son cheminement. Nous sommes dans une démocratie. Il n’y aura pas de retrait du texte, sinon dans ce pays, on ne peut plus réformer." De son côté, François Hollande assure sur France Culture que "le blocage est fondé par une stratégie portée par une minorité."

L'intervention des forces de l'ordre a provoqué la ire des syndicats. Ce mardi matin, les 8 raffineries françaises se sont mises en grève,  selon la CGT. Cela ne signifie pas pour autant le blocage complet car certaines vont continuer de tourner en partie.

La situation restait encore sensible dans une grande partie de la France, ce mardi matin. Dans l’ouest ou en Ile-de-France, les queues s’allongent autour des stations-service. Six raffineries sur les huit que compte le pays restent touchées. Par ailleurs, le personnel du terminal pétrolier du Havre, qui représente 40% des importations en France, a voté la grève.

Lu sur FranceTvInfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !