Pédocriminalité - rapport Sauvé : Emmanuel Macron salue "l'esprit de responsabilité" de l'Eglise | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Religion
Emmanuel Macron assiste à la réunion par visioconférence à l'Elysée à Paris le 4 octobre 2021. Le chef de l'Etat s'est exprimé après la publication du rapport Sauvé.
Emmanuel Macron assiste à la réunion par visioconférence à l'Elysée à Paris le 4 octobre 2021. Le chef de l'Etat s'est exprimé après la publication du rapport Sauvé.
©MICHEL EULER / PISCINE / AFP

Besoin de vérité

Pédocriminalité - rapport Sauvé : Emmanuel Macron salue "l'esprit de responsabilité" de l'Eglise

Le chef de l'Etat estime que l'élan de transparence lié à la publication du rapport Sauvé doit être pérennisé car "il y a un besoin de vérité et de réparation" pour la société française dans la cadre de la lutte contre la pédocriminalité et pour venir en aide aux victimes.

Emmanuel Macron a salué ce mercredi 6 octobre en Slovénie "l'esprit de responsabilité" de l'Eglise de France qui a "décidé de regarder en face" le scandale des victimes d'abus sexuels en son sein, au lendemain de la publication du rapport Sauvé :
"Je souhaite que ce travail puisse se poursuivre dans la lucidité et l'apaisement. Notre société en a besoin. Il y a un besoin de vérité et de réparation (...) Des propositions très concrètes sont faites par la mission, qui est une mission œcuménique dépendante du dialogue avec l'épiscopat français et les autorités du Vatican (...) Derrière des chiffres, il y a des femmes et des hommes dont les vies ont été bousculées, parfois brisées. C'est d'abord pour eux que j'ai une pensée". 
Emmanuel Macron s'est exprimé dans le cadre d'un sommet européen en Slovénie. 
Selon les conclusions du rapport Sauvé, 330.000 mineurs ont subi des agressions dans des institutions de l'Eglise depuis 1950.
Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !