Nomination d’Elisabeth Borne : Jean-Luc Mélenchon prédit une « nouvelle saison de maltraitance sociale » ; Marine Le Pen estime qu’Emmanuel Macron démontre sa « volonté de poursuivre sa politique de mépris » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont commenté l'annonce de la nomination d'Elisabeth Borne au poste de Première ministre. Elle succède à Jean Castex à Matignon.
Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont commenté l'annonce de la nomination d'Elisabeth Borne au poste de Première ministre. Elle succède à Jean Castex à Matignon.
©Bertrand GUAY / AFP

Première ministre

Nomination d’Elisabeth Borne : Jean-Luc Mélenchon prédit une « nouvelle saison de maltraitance sociale » ; Marine Le Pen estime qu’Emmanuel Macron démontre sa « volonté de poursuivre sa politique de mépris »

Le président de la République a choisi de nommer, ce lundi 16 mai, l’actuelle ministre du Travail au poste de Première ministre. Elisabeth Borne succède à Jean Castex. Les leaders de La France insoumise et du Rassemblement National critiquent ce choix et dénoncent la politique d’Emmanuel Macron.

L'Elysée, via un communiqué ce lundi, a annoncé qu’Elisabeth Borne a été officiellement nommée au poste de Première ministre. Ce choix n'a pas convaincu les oppositions au président de la République. Il s'agit d'une des « figures les plus dures de la maltraitance sociale », selon Jean-Luc Mélenchon qui espère bien remporter les élections législatives en juin et devenir à son tour Premier ministre dans le cadre d’une cohabitation. Avec le choix d’Elisabeth Borne au poste de Première ministre, Emmanuel Macron « poursuit sa politique de saccage social », selon Marine Le Pen.

Elisabeth Borne, polytechnicienne de 61 ans, est une ancienne préfète de la région Poitou-Charentes de 2013 à 2014, et a été directrice de cabinet de Ségolène Royal au ministère de l'Ecologie sous François Hollande l'année suivante. Elle fut ensuite ministre des Transports, de la Transition écologique et du Travail dans les gouvernements d’Edouard Philippe et de Jean Castex entre 2017 et 2022.

Marine Le Pen a donc commenté la nomination d’Elisabeth Borne en publiant un message sur Twitter :

« En nommant Elisabeth Borne comme premier Ministre, Emmanuel Macron démontre son incapacité à rassembler et la volonté de poursuivre sa politique de mépris, de déconstruction de l'Etat, de saccage social, de racket fiscal et de laxisme ».

Jean-Luc Mélenchon a prédit une « nouvelle saison de maltraitance sociale » :

« Borne : baisse de l’allocation d’1 million de chômeurs, suppression des tarifs réglementés du gaz, report de 10 ans de la fin du nucléaire, ouverture à la concurrence de la SNCF et RATP. Très pour la retraite à 65 ans. En avant pour une nouvelle saison de maltraitance sociale !», a-t-il taclé.

Selon le leader de La France insoumise, « Madame Borne représente tout ce qui n'a pas marché au cours des 20 dernières années. Madame Borne serait une femme de gauche - nous lui accordons pas ce label. »

Le candidat communiste à la présidentielle, Fabien Roussel estime qu'avec « Elisabeth Borne, Macron a trouvé sa Mme Thatcher ». Le communiste Fabien Roussel a commenté sur Twitter la nomination d’Elisabeth Borne au poste de Premier ministre :

« Privatisation et mise en concurrence de la SNCF et de la RATP, réforme de l’assurance chômage au détriment de plus d’1 million d’allocataires, fossoyeuse de Fessenheim : avec Elisabeth Borne, Macron a trouvé sa Mme Thatcher ».

Le président de la République Emmanuel Macron a publié un message sur Twitter en évoquant les dossiers qui attendent Elisabeth Borne dans le cadre de ce nouveau quinquennat :

« Chère Elisabeth Borne, Madame la Première ministre, Écologie, santé, éducation, plein-emploi, renaissance démocratique, Europe et sécurité : ensemble, avec le nouveau gouvernement, nous continuerons d’agir sans relâche pour les Françaises et les Français ».

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !