Marseille : des nouvelles caméras pour surveiller les "Roms et les gens du voyage" créent la polémique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Marseille : des nouvelles caméras pour surveiller les "Roms et les gens du voyage" créent la polémique
©

Big Brother

Marseille : des nouvelles caméras pour surveiller les "Roms et les gens du voyage" créent la polémique

Les associations sont en colère et dénoncent une discrimination de la part de la municipalité.

C'est une nouvelle polémique qui touche la ville de Marseille. La municipalité de la ville, qui prévoit de mettre en place 407 nouvelles caméras de vidéosurveillance, avait lancé un appel d'offres détaillant à l’aide de nombreuses fiches techniques le rôle de chaque caméra. Le site d'informations Marsactu.fr, qui a réussi à se procurer les fiches en question, a révélé que parmi les objectifs figure la surveillance des "Roms" et des "gens du voyage". La décision de ce nouveau dispositif fait suite aux statistiques et aux demandes de la police nationale, dans le but de contribuer à améliorer la sécurité de la cité phocéenne.

Après cette révélation, les associations et certains élus locaux n'ont pas tarder à réagir. Contactée par Métro, l'adjointe UMP à la sécurité, Caroline Pozmentier, a déclaré à Metro que "ces indications ethniquessont fâcheuses et regrettables".

De son côté le président de Rencontres Tsiganes, Jean-Paul Kopp, interrogé par le site d'informations Marsactu.fr, a dénoncé la "discrimination  ethnique dans un document officiel. C'est consternant. On va exiger une modification de ces fiches. On assimile une fois de plus ces populations à la délinquance", a-t-il ajouté.

Le vice-président MoDem de la communauté urbaine de Marseille, Christophe Madrolle, a lui aussi déclaré ce vendredi dans un communiqué que : "les populations Roms sont la cible d'une tentative de surveillance spécifique, en violation totale des principes fondamentaux des libertés publiques. Stigmatiser les Roms une nouvelle fois en les présentant comme délinquants en puissance, ne pousse que plus encore à l'exclusion de ces derniers" a-t-il ajouté.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !