Manifestation pro-palestinienne interdite à Paris : l'organisateur a déposé un recours et assure qu'il y aura un rassemblement quoi qu'il arrive | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Des personnes brandissent des drapeaux palestiniens et une pancarte indiquant : "La liberté pour la Palestine" lors d'un rassemblement au Trocadéro dans la capitale le 16 mai 2018.
Des personnes brandissent des drapeaux palestiniens et une pancarte indiquant : "La liberté pour la Palestine" lors d'un rassemblement au Trocadéro dans la capitale le 16 mai 2018.
©Philippe LOPEZ / AFP

Interdictions

Manifestation pro-palestinienne interdite à Paris : l'organisateur a déposé un recours et assure qu'il y aura un rassemblement quoi qu'il arrive

L'Organisation des Palestiniens d'Ile-de-France, à l'origine de la marche initialement prévue à Paris ce samedi à 15 heures entre le métro Barbès et la place de la Bastille, a confirmé à France Info qu'un rassemblement aura bien lieu samedi, malgré l’interdiction de la préfecture de police. Le tribunal administratif doit rendre une décision dans la soirée de vendredi ou dans la matinée de samedi, après un recours déposé contre l'interdiction de cette manifestation.

La marche initialement prévue à Paris ce samedi à 15 heures entre le métro Barbès et la place de la Bastille a été interdite jeudi, sur demande du ministre de l'Intérieur, par Didier Lallement. Le préfet de police de Paris a pointé « un risque sérieux » de « troubles graves à l'ordre public ». Cette manifestation pro-palestienne intervient après les attaques à la roquette du Hamas envers Israël et suite à la riposte de l'armée israélienne envers les cadres du Hamas via des frappes ciblées. La crise entre le Hamas et Israël a débuté depuis lundi. Plus de 1.000 roquettes ont été envoyées sur Israël. La grande majorité ont pu être interceptées par le dispositif de sécurité du "Dôme de fer".  Des tensions ont également éclaté au coeur d'Israël dans certaines villes entre la communauté arabe et la communauté juive dans de nombreuses villes mixtes, notamment à Lod ou bien encore à Saint-Jean d'Acre. 

Un recours a été déposé auprès du tribunal administratif de Paris suite à l'interdiction de cette manifestation prévue ce samedi dans les rues de la capitale. Le tribunal administratif de Paris devrait statuer sur l'autorisation ou non de cette manifestation, vendredi ou samedi matin au plus tard.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a prévenu vendredi que « quelle que soit la décision du tribunal, de très nombreux policiers et gendarmes seront mobilisés à Paris » ce samedi.

Selon des informations de France Info, l'association à l’origine de la manifestation assure qu'un rassemblement aura bien lieu samedi à Barbès, expliquant que « trop de manifestants ont prévu de se déplacer pour s'exprimer ». L'organisateur regrette des « propos provocateurs » de la part du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui a fait référence aux manifestations de 2014, dont l'une à Paris avait dégénéré en émeutes urbaines. Maître Sefen Guez Guez, l'avocat de l'Organisation des Palestiniens d'Ile-de-France, à l'origine de la marche, s’est exprimé sur l’antenne de France Info.

Des manifestations pro-palestiniennes étaient attendues également à Strasbourg, Lille ou Marseille ce samedi 15 mai. Elles ont aussi été interdites. 

D’après la rédaction de France Info, une autre demande de manifestation, pour dénoncer la situation au Proche-Orient, devrait être déposée en préfecture dans les jours à venir. 

Mise à jour (vendredi 14 mai - 19h20) : Selon des informations de France Info, le tribunal administratif de Paris a rejeté le recours des organisateurs de la manifestation en soutien aux Palestiniens, prévue initialement samedi à Paris. Ce rassemblement a été annulé par la préfecture de police.

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !