Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Hôpital réanimation
©RODRIGO BUENDIA / AFP

Ethique

Les cinq députés LR qui ont déposé des milliers d'amendements justifient leur obstruction face au projet de loi légalisant l'euthanasie

3 000 amendements ont été déposés sur la proposition de loi de l'Assemblée Nationale

Xavier Breton (Ain), Patrick Hetzel (Bas-Rhin), Frédéric Reiss (Bas-Rhin), Julien Ravier (Bouches-du-Rhône) et Marc Le Fur (Côtes-d’Armor) se sont mobilisés pour contrer la méthode et les intentions du texte défendu par Olivier Falorni (Libertés et territoires) au nom du «droit à une fin de vie libre et choisie» note Le Figaro

La représentation nationale ne peut pas aborder un sujet aussi fondamental que la fin de vie à la légère. C’est ce message d’alerte que cinq députés, membres des Républicains, ont voulu lancer en déposant 2.158 amendements sur 3.000 pour contrer la proposition de loi.

Hetzel assume parfaitement une stratégie tactique basée sur le dépôt réglementaire des amendements: «Nous avons tourné le problème dans tous les sens, mais il n’y avait pas d’autres solutions. Ils nous ont mis dos au mur, nous devions réagir.»

Le Figaro souligne, par aileurs, que si près de 60 % des médecins seraient favorables à la légalisation de l’euthanasie, selon un sondage Ifop, certains médecins sont aussi réservés : «Nous ne voyons pas le médecin dans le rôle de celui qui va donner la mort», résume la Dr Anne-Marie Trarieux, présidente de la section éthique et déontologie du Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) qui juge également la clause de conscience «insuffisante».

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !