Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Climat
©Capture écran

Environnement

Le Conseil national de la transition écologique, le Conseil économique, social et environnemental, le Haut Conseil pour le Climat critiquent la loi Climat du gouvernement

Une pluie de critiques s'abat sur Emmanuel Macron même celle du Haut Conseil pour le Climat qu'il a lui-même mis en place en 2019

Après le Conseil national de la transition écologique (CNTE) et le Conseil économique, social et environnemental (CESE), c'est le Haut Conseil pour le Climat (HCC) qui s'en prend à la loi Climat constate le HuffPost.

"Des vols intérieurs à la rénovation énergétique des bâtiments, en passant par l’interdiction de la publicité... de nombreuses mesures du texte pêchent par leur “portée réduite” selon le HCC. En résumé, les climatologues regrettent l’écart entre l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2030 (par rapport à 1990) et les mesures prises pour l’atteindre. D’autant que la France est déjà en retard pour respecter ses trajectoires."

Le Conseil national de la transition écologique (CNTE) et le Conseil économique, social et environnemental (CESE), t le Haut Conseil pour le Climat (HCC), tous ont pointé, tour à tour, en des termes différents, les mêmes écueils: une loi qui va dans le bon sens, mais pas assez loin. 

“Une proportion élevée (des mesures NDLR) voit sa portée réduite par un périmètre d’application limité, voire ponctuel, des délais de mise en oeuvre allongés ou encore de nombreuses conditions associées à leur application”, estiment les experts qui composent le Haut Conseil pour le Climat dans leur rapport, avec, dans leur ligne de mire l’interdiction de la publicité limitée aux énergies fossiles et non ”à un ensemble de biens et de services manifestement incompatibles avec la transition.”

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !