La nouvelle route de la drogue qui enrichit l'Etat islamique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La nouvelle route de la drogue qui enrichit l'Etat islamique
©Reuters

Trafic

La nouvelle route de la drogue qui enrichit l'Etat islamique

Le cannabis marocain transite désormais par la Libye avant d'arriver en Europe, non sans passer auparavant entre les mains des djihadistes

Les affaires de l'Etat islamique se portent bien, même loin de son fief syrien. Selon le New York Times, l'acheminement du cannabis marocain vers l'Europe a changé de route. Auparavant, la drogue arrivait par petites quantités via l'Espagne. Mais en 2013, les garde-côtes italien ont intercepté un navire rempli d'une quantité phénoménale de haschich : près de 15 tonnes !  Pendant plus de 2 ans, les prises sont régulières au large de la botte, signe que l'acheminement passe désormais par la Libye, devenu un Etat aux mains de groupes concurrents.

Depuis 2016, plus aucune prise, notamment parce que les renseignements français, qui fournissaient l'Italie en tuyaux ont dû se recentrer sur leur propre sécurité. Rien ne dit que la route n'est plus utilisée ou si les trafiquants préfèrent passer par les Balkans. Une chose est sûre, la drogue va jusqu'en Libye et il semble que les groupes présents, dont l'Etat islamique profitent de la manne. Les enquêteurs pensent que djihadistes perçoivent une "taxe" sur la drogue en transit comme c'est le cas en Syrie et en Irak. C'est aussi la démonstration que Daesh est capable de multiplier ses sources de financement, rendant la lutte plus compliquée.

Mais la Libye inquiète aussi en raison de ses armes chimiques, laissées par le régime de Kadhafi. Le quotidien américain raconte la course contre la montre qui s'est organisée pour éviter que les terroristes ne s'emparent notamment de trichlorure de phosphore. La luttea commencé en mai dernier, lorsque les djihadistes se sont rapprochés des installations. Depuis, les bombardements des États-Unis et des Européens ont permis l'évacuation d'une partie des quelques 500 tonnes de produits.  

Lu sur Le New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !