La France pourrait se passer du gaz russe « en 3 ou 4 ans » selon Engie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le président du conseil d'administration du groupe Engie, Jean-Pierre Clamadieu, s'adresse à l'assemblée générale du groupe à Paris, le 21 avril 2022
Le président du conseil d'administration du groupe Engie, Jean-Pierre Clamadieu, s'adresse à l'assemblée générale du groupe à Paris, le 21 avril 2022
©ERIC PIERMONT / AFP

Embargo sur l'énergie

La France pourrait se passer du gaz russe « en 3 ou 4 ans » selon Engie

Selon Jean-Pierre Clamadieu, président du géant français de l’énergie Engie, la France est « à terme » tout à fait en mesure de se passer du gaz russe

C’est une question centrale pour l’Union Européenne. Sur France Inter ce samedi, Jean-Pierre Clamadieu indique que « la France est probablement capable de réduire de manière très importante » sa dépendance au gaz russe d'ici « trois ou quatre ans ». 

Dans l’immédiat, un scénario sans gaz russe reste compliqué à cause des méthodes d’approvisionnement « Le gaz est une énergie qui suppose des infrastructures (...) gazoducs, installations de liquéfaction et regazéification ». Un arrêt immédiat des importations semble donc improbable « Si nous devions faire face à une interruption brutale, c'est un scénario qui est beaucoup plus difficile, et nécessitera des ajustements qui seront probablement eux aussi brutaux », prévient le président d’Engie.

Pour l’heure, Engie continue de payer ses fournisseurs russes, indiquait Catherine McGregor, directrice générale d’Engie « Le sujet du paiement en roubles est compliqué. Nous continuons à payer selon les termes du contrat, et nous attendons de la clarté, avec un cadre européen sur ces paiements que nous continuerons à faire en euros de notre côté, et qui satisferait les demandes de notre fournisseur ». 

Alors que Bruxelles avait refusé le chantage fait par Moscou concernant les paiements en roubles, certains fournisseurs d'énergie comme l'allemand Uniper ont développé des circuits permettant de payer via la devise russe, notamment en passant par la Gazprom Bank, située en Suisse.

BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !