Jadot accusé d'avoir « singé Macron » : chez EELV, l’ambiance est aux règlements de comptes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Yannick Jadot après un discours à la fin du premier tour de l'élection présidentielle. Paris, le 10 avril 2022
Yannick Jadot après un discours à la fin du premier tour de l'élection présidentielle. Paris, le 10 avril 2022
©MARTIN BUREAU / AFP

Chasse aux sorcières

Jadot accusé d'avoir « singé Macron » : chez EELV, l’ambiance est aux règlements de comptes

Dans un message interne, Julien Bayou, le patron d’Europe Écologie Les Verts, critique fortement Yannick Jadot pour sa stratégie pendant la campagne présidentielle

Samedi 23 avril, alors en pleine « pause électorale » à la veille des résultats du second tour, Julien Bayou a adressé un long message à l’ensemble de ses fidèles. Il y dresse le bilan de la campagne présidentielle de sa famille politique et, surtout, liste les fautes du candidat Yannick Jadot. Pour un proche, il s’agit d’une simple volonté de « remettre l'église au milieu du village ». Pourtant, la réalité semble plus dure : un long réquisitoire contre Yannick Jadot et sa stratégie.

Julien Bayou ne fait pas attendre pour entrer dans le vif du sujet : « Si on a nos responsabilités, je ne veux pas qu'on paie la mauvaise (ou l'absence de) stratégie, la non-préparation et l'absence d'ambition du projet et de la candidature » écrit-il. Le coupable ? Yannick Jadot, évidemment. Bayou n’y va pas de main morte : « à singer Macron et s'excuser d'être écolo sans enjailler (motiver, ndlr) le mouvement, on n'est pas perçu comme utile, ni par les ONG ni par les électeurs. On perd la jeunesse sans jamais avoir cherché à parler à la France qui ne va pas bien et on se recroqueville loin du socle écolo des européennes ».

Tout comme Sandrine Rousseau, Julien Bayou dénonce le conformisme et le conservatisme de Yannick Jadot. Pour preuve selon lui, le slogan « Faire face ». « C'est statique, conservateur, vaguement présidentiable mais pas de bol il y a déjà un président et lui, il appelle Poutine et livre des armes à l’Ukraine », ironise-t-il. Même « Le changement c’est maintenant » « envoyait plus de joie et de radicalité », selon Julien Bayou. 

Mais certains points ne passent vraiment pas pour le patron d’Europe Écologie Les Verts. « Je trouve SCANDALEUX que Yannick (et ses fidèles, ndlr) parlent déjà de 2027, ergotent sur le fait que le principal défaut de cette campagne présidentielle est qu'on aurait fait la primaire trop tard alors qu'en janvier 2022, ils n'étaient toujours pas prêts ». 

Mounir Satouri, le directeur de campagne de Yannick Jadot, n’a pas pu s’empêcher de répondre pour défendre son poulain : « Tu accuses Yannick d'avoir voulu singer Macron. Sincèrement Julien, que le secrétaire national en responsabilité reprenne à son compte les attaques mensongères qu'une partie de nos détracteurs profèrent pour nous décrédibiliser est profondément injuste et scandaleux ». Pour Satouri, la direction d’EELV a elle aussi sa part de responsabilité. Elle est selon lui dans « l'incapacité à mobiliser la société civile écolo engagée depuis des mois pour l'unité de la gauche, notamment dans le processus de la Primaire Populaire ». S’adressant directement à Bayou, il renchérit : « Est-ce que tu as précisé que tu faisais partie du Conseil politique de la campagne, du Conseil stratégique de la campagne mais aussi du Comité de direction composé de dix personnes pour prendre des décisions stratégiques chaque semaine ? ». Il poursuit « C'est assez fort de se déresponsabiliser en évoquant la non-préparation de notre projet présidentiel alors que tu es chef de ce parti depuis deux ans et demi ». Bonne ambiance chez les Verts. 

L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !