Emmanuel Macron soupçonné d'un délit de favoritisme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron soupçonné d'un délit de favoritisme
©PATRICK KOVARIK / AFP

Dans le viseur

Emmanuel Macron soupçonné d'un délit de favoritisme

Selon le Canard enchainé, l'Inspection générale des finances s'intéresse de près à l'organisation d'une soirée à Las Vegas en 2016, alors qu'il était toujours ministre.

Emmanuel Macron est, à son tour, dans le viseur du palmipède. Selon le Canard enchainé, le nouveau leader des sondages est soupçonné par l'Inspection générale des finances d'un délit de favoritisme. Il s'agit en fait d'une soirée organisée à Las Vegas, le 6 janvier dernier, en marge du Consumer Electronics Show (CES) où s'était rendu Emmanuel Macron en tant que ministre de l'Economie. Il aurait ainsi rencontré des entrepreneurs français à l'occasion de cette fameuse soirée.

"Cette opération de séduction, montée dans l'urgence, à la demande expresse du cabinet du ministre, a été confiée au géant Havas par Business France (l'organisme de promotion de la French Tech dépendant de Bercy) sans qu'aucun appel d'offres ait été lancé", affirme Le Canard enchaîné. Coût de l'opération : "381 759 euros, dont 100 000 rien que pour l'hôtel, où la moindre chambre était facturée plus de 300 euros la nuit."Pour l'Inspection générale des finances, il pourrait bien s'agir d'un délit de favoritisme.

"Je n'ai pas pris connaissance de cela, mais je ne pense pas que ce soit mon ministère qui ait organisé un événement sans appel d'offres" a répondu ce mardi Emmanuel Macron auprès de l'AFP. "Je pense que ça peut être des agents de l'Etat ou en tout cas des entités publiques, mais je demande à vérifier les faits."

Lu sur Paris Match

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !