Emmanuel Macron lors de sa rencontre avec des anciens employés de Whirlpool à Amiens : "Je me suis fait avoir avec vous"  | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le président Emmanuel Macron a rencontré d'anciens salariés de Whirlpool dans un café lors d'une visite à Amiens, le 22 novembre 2021.
Le président Emmanuel Macron a rencontré d'anciens salariés de Whirlpool dans un café lors d'une visite à Amiens, le 22 novembre 2021.
©LUDOVIC MARIN / PISCINE / AFP

Solutions du chef de l'Etat

Emmanuel Macron lors de sa rencontre avec des anciens employés de Whirlpool à Amiens : "Je me suis fait avoir avec vous" 

Le président Emmanuel Macron a rencontré des anciens salariés du groupe Whirlpool ce lundi 22 novembre à Amiens. Sur les 278 employés initiaux, 43 n’ont toujours pas de solution.

Emmanuel Macron a rencontré dans un café du centre-ville d'Amiens des anciens employés du groupe Whirlpool à Amiens. Le président de la République s'est confié sur les difficultés rencontrées dans les négociations pour les garanties de sauvegarde de l'emploi du site, notamment lors de la campagne présidentielle de 2017 : 

"Je me suis fait avoir avec vous. (...) Ça montre que malheureusement la bonne volonté ne suffit pas. On s’est parfois fait prendre pour des imbéciles". 
Emmanuel Macron a fait allusion aux faillites successives des repreneurs de ce site industriel. Le chef de l'Etat s’était rendu à deux reprises depuis 2017 sur ce site, assurant à chaque fois que le site allait repartir.

"C’est la vie économique et industrielle, on a eu des aventures qui ont déçu tout le monde. Dans les reprises il y a des échecs", a justifié Emmanuel Macron devant la presse. 
Le président de la République a reconnu que le premier repreneur, WN, qu’il était venu accueillir en sauveur en 2017, "s’est comporté comme un chasseur de primes" et "va être jugé".

Les salariés ont subi trois plans de licenciements successifs depuis la décision de Whirlpool en 2017 de délocaliser en Pologne. Sur les 278 employés initiaux, 43 n’ont toujours pas de solution, a précisé la DRH du groupe.

La rencontre de lundi matin, avec neuf anciens de Whirlpool dont quatre ex-syndicalistes, avait été dévoilée sur Twitter par François Ruffin, le député LFI de la Somme. 

L’usine de sèche-linge Whirlpool avait fermé définitivement en juin 2018. Le premier repreneur WN avait connu une liquidation un an et demi plus tard et le second, Ageco, avait connu le même sort.

En 2017 dans l’entre-deux tours, Whirlpool était devenu un enjeu politique majeur, avec la venue sur place de Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

Patrice Sinoquet, délégué CFDT et secrétaire du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de l'ex-usine Whirlpool d'Amiens, était invité sur France Info ce lundi 22 novembre. Il a indiqué qu’Emmanuel Macron "a promis de continuer à chercher une solution" pour les anciens salariés de Whirlpool qui n’ont pas retrouvé d’emplois stables.
Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !