Election présidentielle : les soutiens de Jean-Luc Mélenchon se prononcent massivement pour le vote blanc ou l'abstention pour le second tour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les soutiens de Jean-Luc Mélenchon se prononcent pour le vote blanc ou l'abstention pour le second tour, selon une consultation organisée par La France insoumise.
Les soutiens de Jean-Luc Mélenchon se prononcent pour le vote blanc ou l'abstention pour le second tour, selon une consultation organisée par La France insoumise.
©Nicolas TUCAT / AFP

Consignes pour le duel Le Pen - Macron

Election présidentielle : les soutiens de Jean-Luc Mélenchon se prononcent massivement pour le vote blanc ou l'abstention pour le second tour

La France insoumise a communiqué les résultats de la consultation menée durant trois jours auprès des citoyens ayant parrainé le candidat, en vue du second tour de l’élection présidentielle entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

La formation politique de Jean-Luc Mélenchon a organisé une grande consultation auprès de citoyens sur la question du choix et de la décision à prendre pour second tour de l’élection présidentielle qui opposera Emmanuel Macron et Marine Le Pen. A l’issue de trois jours de consultation numérique, 215.292 des 310.000 soutiens ayant parrainé la candidature de Jean-Luc Mélenchon se sont exprimés. 37,65% d'entre eux ont fait savoir qu'ils opteraient pour le vote blanc ou nul, 33,40% devraient se porter sur Emmanuel Macron. 28,96% souhaitent s'abstenir. Selon le document diffusé par le parti, aucun des participants ne privilégie Marine Le Pen.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen tentent de reconquérir le vote des deux finalistes à la présidentielle.

Avec 21,95% des voix au premier tour, Jean-Luc Mélenchon a réuni derrière lui un important réservoir de voix.

Jean-Luc Mélenchon, au soir du premier tour, a répété à de nombreuses reprises que « pas une voix ne doit aller à Mme Le Pen ».

Dans les colonnes du Journal du Dimanche, la présidente du groupe à l'Assemblée nationale, Mathilde Panot, a confirmé cette position :

« Ni l'un ni l'autre ne sont à la hauteur des ruptures vitales dont notre pays a besoin ».

Elle assure « comprendre la colère immense qu'il y a contre Emmanuel Macron ».

Sans soutenir le candidat LREM, l'élue LFI a dit « espérer » que « les électeurs ne se tromperont pas sur l'imposture sociale de la candidature de Marine Le Pen ».

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !