Covid-19 en Corée du Nord : 350.000 personnes touchées par de fortes fièvres d'origine inconnue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Corée du nord
Corée du nord
©Morgan Bourven

Coronavirus

Covid-19 en Corée du Nord : 350.000 personnes touchées par de fortes fièvres d'origine inconnue

La dictature admet des décès. Aucun habitant n'est vacciné

Vingt-quatre heures après avoir reconnu, pour la première fois depuis le début de la pandémie , qu'elle avait identifié une contamination au Covid-19 sur son territoire, la Corée du Nord a annoncé, ce vendredi dans ses médias d'Etat, qu'un premier décès lié au coronavirus venait d'être recensé indique le quotidien Les Echos.

L'agence de presse officielle du Nord, la Korean Central News Agency (KCNA), a révélé, dans une dépêche, que six personnes étaient décédées, ces dernières heures, après avoir contracté une forte fièvre.

Parmi ces victimes, au moins une était porteuse du variant Omicron BA.2, qui a été responsable des dernières grandes vagues de contamination dans toute l'Asie de l'Est. Aucune information n'est donnée sur la cause du décès des autres patients.

Ne disposant pas de capacité de tests importante ni d'un système de santé fiable, la Corée du Nord devrait, selon les experts, peiner à identifier la totalité des personnes contaminées au Covid et à repérer clairement les variants responsables de ces infections ajoutent Les Echos.

Quelque 187 800 personnes fiévreuses seraient actuellement « isolées et soignées ». Plus de 350 000 cas auraient été recensés dans le pays, 18 000 pour la seule journée de jeudi 12 mai selon Le Monde.

Aucun des 25 millions d’habitants n’est vacciné contre le coronavirus, Pyongyang ayant rejeté les offres de vaccination de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de la Chine et de la Russie.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !