Vous avez dit "rayonnement international" ? Les causes de l'immense faillite du système d’enseignement supérieur français | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Vous avez dit "rayonnement international" ? Les causes de l'immense faillite du système d’enseignement supérieur français
©Reuters

Bonnes feuilles

Vous avez dit "rayonnement international" ? Les causes de l'immense faillite du système d’enseignement supérieur français

En France, l'Etat et les entreprises, dirigés par des diplômés de grandes écoles, ont gravement laissé péricliter l'université. Séparée des grands organismes de recherche, confinée dans la misère financière, elle est désormais dangereusement supplantée par l'essor des formations privées. Où sont les Oxford et Cambridge français ? Extrait de "Universités, innover ou sombrer" de Patrick Fauconnier aux Editions Fauves (1/2).

Patrick Fauconnier

Patrick Fauconnier

Patrick Fauconnier est le fondateur du magazine Challenges, dont il est toujours conseiller de la rédaction. Il a été 25 ans journaliste au Nouvel Observateur sur les questions d'éducation et d'insertion professionnelle.

Voir la bio »

On peut disserter à l’infini sur les causes du pathétique effondrement économique qu’a connu la France au cours des trente dernières années. Qu’on en rende responsables les élites gouvernantes, leur manque de vision, de courage, de pédagogie, ou les élites économiques – dirigeants, cadres, entrepreneurs…- dans tous les cas cela renvoie de façon incontournable à une déficience du système d’enseignement supérieur dont sont issues ces élites. Et, plus largement, à une défaillance majeure de notre système éducatif. « Notre effondrement a été avant tout, chez nos dirigeants et dans toute une partie de notre peuple, une défaite à la fois de l’intelligence et du caractère. Parmi ses causes profondes, les insuffisances de la formation que notre société donnait à ses jeunes ont figuré au premier rang. De tant de reconstructions indispensables, celle de notre système éducatif ne sera pas la moins urgente.» C’est en ces termes que l’historien Marc Bloch analysa en 1940 les causes de l’affreuse débâcle qu’a alors connu notre pays, dans son célèbre livre « L’Etrange défaite», rédigé à chaud, d’une traite rageuse, durant l’été 40.

Nous prétendons ici que cette analyse reste plus que jamais d’actualité. Dans les années 30 les français, dégoutés par les massacres de la «Grande Guerre», étaient pacifistes: cela a conduit à une cuisante déroute militaire. Depuis les années 80, qui marquent le début de la mondialisation de l’économie, les français, dénués de tout bagage économique, conduits par des dirigeants et des enseignants méprisant l’entreprise et les entrepreneurs, se sont largement montrés hostiles à l’économie de marché: cela nous a conduit à une nouvelle débâcle. Nous avons envoyé nos jeunes sur le front de la guerre économique avec un paquetage et des munitions totalement inadaptées. Nous en sortons exsangues avec un taux de chômage record depuis deux décennies, une industrie dévastée, un commerce extérieur en berne, une dette abyssale et 8 millions de pauvres en dépit d’un taux record de prélèvements fiscaux et sociaux.

En 1990, la réédition en Folio du livre de Marc Bloch fut agrémentée d’une préface du grand professeur américain de Science Politique Stanley Hoffman. Voici ce qu’il écrivit alors au sujet de notre système éducatif, il y a 27 ans: «La réforme que souhaitait Bloch pour la France n’a pas vraiment eu lieu : la reconstitution de vraies universités ( c’est à dire qui rapprochent les disciplines au lieu et place des facultés) a tourné court; les grandes écoles avec leurs monopoles, et les grands corps, sont plus forts que jamais, et les bibliothèques universitaires toujours aussi mal loties (…) La machinerie des partis politiques exhale toujours un parfum moisi de petit café ou d’obscurs bureaux d’affaires».

Peut-on faire plus actuel? 75 ans après le diagnostic de Bloch, 27 ans après la piqûre de rappel de Stanley Hoffman, on est saisi par le sentiment glaçant que les choses n’ont quasiment pas bougé dans la conception de notre appareil éducatif et que la dévastation qui en découle alimente un climat politique nauséabond, qu’aggravent d’innombrables scandales mettant en cause des serviteurs de l’Etat. Pour revenir à notre système éducatif, Bloch stigmatisait la «maladie du bachotage». Il disait « on plonge trop précocement les élèves dans la compétition afin d’éviter tout retard pour intégrer telle ou telle grande école. Ainsi l’élève savant n’est pas celui qui sait beaucoup de choses, mais celui qui a été dressé à donner, par quelques exercices choisis d’avance, l’illusion du savoir». Il plaidait pour l’allègement du bac. Et il dénonçait le peu d’intérêt des élites pour la recherche, dû au manque de recherche dans les grandes écoles: «Nous préparons mal à la recherche scientifique, qui périclite chez nous. Notre rayonnement international en a été gravement atteint».

Vous avez dit «rayonnement international?» En 2017, non seulement aucune université française ne figure parmi les 38 premières du célèbre «Palmarès de Shanghaï», dont nous reparlerons, mais encore il n’y en a pas une seule (! ) dans les cent premières mondiales du très influent palmarès du Times.

Tout, dans l’analyse de Bloch, est en résonance avec le grand désarroi actuel de la société française, championne mondiale du pessimisme. Un malaise bien décrit par l’ancien Médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye, qui détaillait dans son rapport annuel, en 2009, une «société plus usée psychologiquement que physiquement». C’est presque au mot près ce que disait Bloch de notre état en 1939.

Soyons lucides et réalistes: remettre notre pays sur pieds va impliquer d’entreprendre une action plus que vigoureuse au niveau de notre système éducatif, et en particulier sur le couronnement de cet édifice: notre enseignement supérieur et notre recherche. Pourquoi «plus que vigoureuse»? Parce que, de façon tragique, les français n’ont pas pris conscience du fait que les insuffisances de notre école, de notre université et de nos grandes écoles sont la cause de notre panade actuelle. En mars 2017, à la veille des élections présidentielles, seuls 20 % des français souhaitaient que l’enseignement supérieur soit une des priorités du prochain président de la République1 . Et pourtant dans le même sondage, 61 % des répondants estimaient que notre enseignement supérieur ne prépare pas bien à la vie professionnelle Et seuls 7% jugeaient que cet enseignement s’est amélioré depuis dix ans, alors que plus de 20 milliards y ont été injectés entre temps. De fait, l’université et la recherche furent spectaculairement et t tragiquement absentes des débats de la présidentielle de 2017.

Aux USA, au Canada, en Grande Bretagne, en Australie, les universités sont une composante majeure de ce que l’on appelle le «soft power», ce facteur immatériel d’influence mondiale qu’a théorisé en 2004 Joseph Nye, professeur à la Kennedy School of Government de Harvard (une sorte d’ENA américaine), auteur de «The Powers to lead» (Les pouvoirs de diriger). En Allemagne, en Suisse et en Autriche, l’enseignement supérieur est un puissant vecteur de formation professionnelle, par le biais d’universités techniques et de «polytechnicum» mondialement renommés, facteur de plein emploi dans ces pays. La France ne se distingue hélas dans aucun de ces deux domaines. Son université a longtemps refusé d’avoir une finalité professionnelle (sauf en mé- decine et en droit). Et comme elle est séparée des grandes écoles d’une part, et des grands organismes de recherche, (CNRS, Inserm, CEA etc…) d’autre part, son rayonnement en est d’autant entravé. D’où ses piètres scores dans les classements mondiaux.

Extrait de "Universités, innover ou sombrer" de Patrick Fauconnier aux Editions Fauves

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !