Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?
©JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

SpaceX a réussi dans la nuit de samedi à dimanche son premier vol habité : deux astronautes se sont envolés vers l'ISS à bord d'une capsule Crew Dragon. Face à la puissance financière de la Chine, les États-Unis inaugurent un nouveau paradigme, celui des vols privés.

Pierre Fontaine

Pierre Fontaine

Pierre Fontaine est directeur du pôle politique du Millénaire, think-tank spécialisé en politiques publiques travaillant à la refondation de la droite.

Voir la bio »

Après un report de quelques jours, SpaceX a effectué avec succès ce samedi 30 mai son premier vol habité, une première pour une entreprise privée et le premier vol habité américain depuis 2011. Alors qu’après l’effondrement de l’Union soviétique, les américains semblaient seuls dominateurs dans le domaine du spatial, la Chine espère de plus en plus s’inviter dans la bataille. La conquête spatiale  avait largement bénéficié de la guerre froide pour s’accélérer. Américains et Soviétiques se livraient alors à une lutte sans merci pour les grandes premières : premier vol habité, premier homme sur la Lune. L’industrie a largement bénéficié de cette émulation et s’est tassée à la fin de la guerre froide. Si la conquête de Mars est d’une complexité sans égale à celle de la Lune, les États-Unis n’ont pas toujours consentis à un effort financier suffisant pour assouvir ses prétentions. On peut imaginer que la rivalité sino-américaine sera un catalyseur vers le premier vol habité pour Mars.

Le domaine du spatial est d’abord un symbole qui résume à lui tout seul la rivalité entre la Chine et les États-Unis. En 1971, Graham Allison analysant la crise des missiles de Cuba, nous donne une lecture possible de cette rivalité, le schéma du piège de Thucydide. Ce dernier est un processus, censé se reproduire dans l’histoire lorsqu’une puissance mondiale et dominante, voit émerger une puissance nouvelle et qui menace sa suprématie. Il tient son nom de Thucydide, homme politique Athénien, qui dans La Guerre du Péloponnèse, raconte l’affrontement entre Sparte, puissance dominante d’alors, et Athènes puissance émergente. Le spatial est un archétype de cette théorie, qui voit les États-Unis, puissance spatiale par excellence, bousculée par la Chine, qui investit des milliards de dollars pour s’inviter dans la course vers Mars. Mais si le terme de « piège de Thucydide » fonctionne si bien ici, c’est que contrairement à la période de la guerre froide, le XXIème siècle pourrait être celui de la militarisation de l’espace.

Au-delà de l’aspect militaire, le programme spatial chinois revêt un intérêt également diplomatique. Malgré sa place de potentiel leader économique, industriel et militaire dans le monde, la diplomatie chinoise peine à s’imposer. Elle souffre d’un manque d’alliés stratégiques majeurs et d’un manque de confiance et de crédibilité, que la crise du Coronavirus risque d’accentuer. En effet la Chine semble avoir choisi la voie du bras de fer concernant la crise sanitaire, entre affrontement autour de l’OMS, mensonge sur les données statistiques et joutes verbales avec les autorités américaines. Or le défi de la conquête de l’espace est un véritable instrument de « soft power ». Pour la Chine c’est un projet de nature à fédérer la nation autour d’un projet de conquête nationale, alors que face à la militarisation de la Chine, les stratèges américains visent à provoquer une révolution du peuple en cas de conflit. Les valeurs d’abnégations, d’abandon devant le risque, d’élitisme intellectuel et technologique que transmette le spatial sont de natures à faire rêver une génération de jeunes chinois. Aucun doute que dans leur marche vers le progrès scientifiques, l’accession à Mars, renforcerait encore la place de la Chine comme principal outsider des États-Unis, et comme prétendant au titre de première puissance mondiale.

Face à la puissance financière de la Chine, les États-Unis inaugurent un nouveau paradigme, celui des vols privés. SpaceX est devenue la première entreprise privée à envoyer un vol dans l’espace. Bien aidé par les subventions du gouvernement américain, SpaceX n’inaugure pas moins un nouveau modèle financier, fondé sur la réutilisation des fusées, et sur l’excellence technologique. L’entreprise ne se prive d’ailleurs pas d’utiliser ses moyens d’influence pour faire rêver une génération de jeunes ingénieurs. L’année passée Gwynn Shotwell, n°2 du groupe accordait une conférence à l’association Symposium de CentraleSupélec, étudiants en délire, présentation digne du keynote Apple... Aucun doute, SpaceX a introduit le monde des startups dans la conquête spatiale. Difficile de prédire le rôle qu’aura l’entreprise d’Elon Musk dans la conquête de Mars, mais elle veut instaurer son modèle économique. Avec son lanceur Super Heavy/Starship, le géant américain veut faire des fusées réutilisables le fer de lance de sa conquête vers Mars. Difficile de croire Elon Musk quand il affirme être en mesure d’envoyer des hommes sur Mars en 2024. Il demeure que s’il tenait son pari, il mettrait la Chine K.O dans sa conquête de la planète rouge.

Comme aux pires heures de la guerre froide le spatial tend à devenir un nouveau champ de bataille entre la Chine et les États-Unis. Enjeu civilisationnel par excellence, la conquête jadis de la Lune se concentrera cette fois sur Mars, avec le rêve partagé d’y trouver des traces de vie. L’enjeu est énorme pour les deux nations, les États-Unis veulent montrer qu’ils restent le leader incontesté dans les technologies de pointe et la Chine veut s’imposer comme future première puissance mondiale. Pour prétendre sortir vainqueur de cet affrontement, les Etats-Unis devaient réussir ce vol. C'est maintenant chose faite !

A lire aussi : Premier vol habité de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !