Une nouvelle start-up propose de “télécharger” votre cerveau… problème, il faut mourir d’abord. Et un milliardaire de la Silicon Valley a déjà payé pour le faire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une nouvelle start-up propose de “télécharger” votre cerveau… problème, il faut mourir d’abord. Et un milliardaire de la Silicon Valley a déjà payé pour le faire
©DIARMID COURREGES / AFP

Ghost in the Cloud

Une nouvelle start-up propose de “télécharger” votre cerveau… problème, il faut mourir d’abord. Et un milliardaire de la Silicon Valley a déjà payé pour le faire

La startup américaine Nectome a pour ambition d'archiver numériquement tout ce qu'il y a dans notre tête, dans le but de recréer notre esprit après notre mort. L'immortalité, en somme. Mais scientifiquement parlant, ce n'est pas tout à fait au point.

Stéphane Marchand

Stéphane Marchand

Diplômé de Polytechnique et de l'ENSAE, Stéphane Marchand est rédacteur en chef de la "Paris Innovation Review" et chroniqueur scientifique à "l'Opinion". Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre "Les secrets de votre cerveau" est paru chez Fayard en septembre 2017.

Voir la bio »

Bien que la technologie ne soit pas encore tout à fait au point, Nectome a déjà attiré l'attention de 25 personnes qui se sont enregistrées sur une liste d'attente pour pouvoir bénéficier du service futuriste de l'entreprise. L'une d'entre elle, Sam Altman, 32 ans, a confié au MIT Technology Review être persuadé que la technologie "sera au point de son vivant" et s'attend à ce que son cerveau finisse "dans le Cloud".

Atlantico : La société Nectome a fait parlé d'elle il y a quelques temps en proposant une nouvelle technologie consistant en l'injection d'un gel dans le cerveau pour permettre de conserver ce dernier (par ailleurs, cette opération provoque la mort du patient), afin de pouvoir par la suite « télécharger » le cerveau sur un ordinateur. S'agit-il du début d'une phase d'innovations technologiques ou est-ce, à la manière de la cryogénisation, une nouvelle création farfelue sans lendemain ?

Stéphane Marchand : Il y a une mode actuelle qui va de la science-fiction à l'idéologie transhumaniste qui aime beaucoup ce genre de projets. On en trouve beaucoup dans l'entourage des grands patrons de la Silicon Valley, type Elon Musk. Toutes les idées partent du postulat complètement faux que le cerveau est une machine qui se réduirait à son fonctionnement électrique ou électronique. Un cerveau est une machine qui dépend de plein de choses, et notamment de l'interaction avec d'autres cerveaux. L'idée qu'on puisse sortir un cerveau du frigidaire et l'installer sur une machine pour le télécharger est complètement farfelu. Si c'est possible, et j'en doute, cela ne concernerait au fond qu'une toute petite partie de la capacité du cerveau, celle qui est la plus mécanique. Mais tout ce qui fait la puissance du cerveau, c'est à dire en pratique sa fragilité, ses incohérences, ses redondances serait complètement évacué si on faisait l'opération. Ce n'est donc pas quelque chose de sérieux.

Comment expliquer dès lors ces grands projets financés par d'immenses investissements alors qu'ils semblent beaucoup moins sérieux qu'ils ne le prétendent ?

Ce qui est vrai, c'est qu'il y a énormément d'argent qui circule dans la finance mondiale, et qui a finalement beaucoup de mal à trouver des investissements intéressants. Cet argent va donc souvent nourrir ce genre de projet. Le projet, par exemple, d'Elon Musk, le patron de Tesla, qui consistait à améliorer le cerveau des gens en installant des puces notamment pour faciliter l'éducation et l'apprentissage de la lecture, cela a déclenché des folies. Mais tout cela, c'est de la para-science-fiction. Et ce même si, l'histoire l'a montré, parfois ils ont raisons.

Mais toutes ces histoires sur le cerveau ont une vision très partielles, très parcellaire du cerveau. Le cerveau n'est pas uniquement un échange d'électricité.

On peut supposer malgré tout qu'il y a un mininum de recherches fondées derrière ce genre d'expériences. Quelles sont les pistes plus crédibles que peuvent créer ce genre de recherches sur le cerveau ?

Il faut imaginer le jour ou la puissance des ordinateurs le permettra, qu'on puisse tenter de reproduire, et non pas « télécharger », une carte assez fidèle des connexions entre les neurones, avec les synapses etc. Mais la grande question resterait : qu'est-ce qu'on en fait ? Je sais par exemple que Henry Markram, qui est professeur de neurologie à l'Université Polytechnique Fédérale de Lausanne travaille sur ce concept. Il tente de reproduire un cerveau humain – une copie de ses connexions. Pour lui, il s'agit de considérer que le cerveau est un miroir de l'Univers, et donc un miroir de la construction de l'Univers. Markram cherche à retrouver les lois de construction de l'Univers, qu'Einstein a démontré, dans le cadre spécifique du cerveau. Car si on retrouve ces lois, cela ne sera pas la peine d'imiter le cerveau humain, parce qu'on en maitrisera très bien les étendues. Cela reste une hypothèse, bien évidemment, c'est tout aussi farfelu que la proposition de Nectome, mais je trouve que ce qu'il y a de plus intéressant et qui fait que je la préfère, c'est qu'elle tient compte de la complexité du cerveau.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !