Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la différence entre le cerveau des femmes et des hommes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le cerveaux des hommes et des femmes fonctionne différemment.
Le cerveaux des hommes et des femmes fonctionne différemment.
©Reuters

Opposition de styles

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la différence entre le cerveau des femmes et des hommes

La femme est intuitive, l'homme est monotâche... Ce qui pourrait passer pour des lieux communs non vérifiés est en fait tout à fait observable dans la structure des cerveaux, comme en atteste une nouvelle étude menée sur 1000 cobayes.

Michel  Dib

Michel Dib

 Michel Dib est neurologue à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière depuis plus de vingt ans. Membre de la Société Française de Neurologie, il est auteur de plusieurs ouvrages scientifiques et destinés au grand public, notamment Apprivoiser la migraine aux Editions du Huitième Jour.

Voir la bio »

Atlantico : Dans le cadre d'une étude parue dans PNAS (Proceedings of the National Academy of science of the United States of America) le fonctionnement du cerveau de presque 1000 jeunes a été recréé afin d'observer les différences entre celui de l'homme et celui de la femme. Quel intérêt ce genre d'étude présente-t-il ?

Michel Dib : L'intérêt est d'ordre théorique : les auteurs cherchent des éléments anatomiques et physiologiques pouvant expliquer des différences neuropsychologiques entre les sexes. Différences que nous connaissons déjà. Mais à cette activité théorique, on peut ajouter quelques aspects pratiques qui peuvent nous aider à comprendre la fonction des zones différentes entre les deux sexes. En d'autres termes, il est intéressant d'essayer de comprendre la fonction des zones anatomiques qui conduisent les deux sexes à avoir des comportements différenciés. Les spécialistes  veulent "valider" ces zones.

Les différences structurelles observées entre les cerveaux d'hommes et de femmes expliqueraient donc les différences comportementales ou psychiques ?  

Les auteurs de l'étude disent qu'il n'y a pas de différences de comportement, mais plutôt une différence dans le traitement de l'information. On observe par exemple plus de connectivité  entre les hémisphères de la femme qu'entre ceux de l'homme, ce qui conduit, chez les premières, à une meilleure communication entre les zones d'action et de réflexion. L'étude relève aussi que le cerveau de l'homme est un peu plus grand que celui de la femme. A partir de là, les auteurs essayent d'expliquer les différences de comportements neuropsychologiques. On retrouve ainsi ce que l'on connait déjà, à savoir la plus grande connectivité des hémisphères de la femme, qui favorise l'intuition. D'où la fameuse "intuition féminine" observée sans doute depuis les origines. Les hommes, eux, ont cette faculté, mais elle est moins développée : la connexion entre les hémisphères dominants et mineurs est tout simplement mois forte. En revanche, leur cerveau leur permet d'être bien plus "dans" l'action : on observe dans le cerveau masculin des liens beaucoup plus rapides entre la perception et l'action coordonnée, ce qui donne plus de rapidité, notamment pour ce qui est de la mécanistique et du réflexe.

Ces différences sont-elles liées aux fonctions primitives de l'homme et de la femme, l'homme partant chasser, et la femme assurant la gestion du noyau familial ?

Probablement. Ce que l'on constate en tout cas, c'est que l'homme est mono tâche : dans une même sphère d'activité de son cerveau il est conduit à des actions plus rapides et efficaces que s'il cherche à faire deux choses en même temps.

Ces observations viennent-elles battre en brèche les théories selon lesquelles les différences entre les sexes sont plus une affaire de choix que de déterminisme ?

C'est très clair : de grosses différences existent entre le cerveau de l'homme et de la femme. Tout se joue au niveau des chromosomes, au départ. Les comportements masculins ou féminins proviennent de la structure du cerveau.

Au fil des millénaires, dans quelle mesure la culture et l'environnement ont-ils influé sur la structure de notre cerveau ?

Nous entrons dans le domaine de la génétique : cela se fait sur des générations et des générations… Difficile d'avoir des certitudes en la matière.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !