Smart Grid : la révolution énergétique 2012 se trouve-t-elle dans votre placard à balais ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Les réseaux électriques manqueraient-ils d’intelligence ?
Les réseaux électriques manqueraient-ils d’intelligence ?
©Reuters

EDF 2.0

Smart Grid : la révolution énergétique 2012 se trouve-t-elle dans votre placard à balais ?

Fini le vieux réseau électrique EDF à la papa, voici venue l'ère du "Smart Grid". Vecteur d'économies et empêcheur de gaspiller en rond, ce nouveau type de réseau électrique pourrait bien bouleverser notre façon de consommer de l'énergie.

Gilles Berhault

Gilles Berhault

Gilles Berhault est Président du Comité 21, Comité français pour le développement durable.

Il est également Président d’ACIDD, association communication et innovation pour le développement durable

Gilles Berhault est aussi l'auteur de Développement durable 2.0. L’internet peut-il sauver la planète ? (Edition de l’Aube)

Gilles Berhault
Voir la bio »

Les réseaux électriques, mais aussi tous ceux qui permettent de transporter des fluides, manqueraient-ils d’intelligence ? Peut-être bien. Ces réseaux ont été construits dans une logique pyramidale en réponse à un besoin d’alimentation la plus parfaite, à une époque où l’électricité n’était pas chère. Ainsi le fournisseur d’électricité n’était pas capable à distance de savoir si vous aviez un problème chez vous. Vous deviez vous manifester, et il devait envoyer régulièrement quelqu’un « relever » les compteurs.

Cette logique était aussi celle des grands réseaux de transport, les opérateurs produisaient le plus possible d’énergie, et la transportaient. Les centrales sont ainsi devenues de plus en plus puissantes, les lignes augmentant leurs capacités… Mais la déperdition est importante (l’électricité transportée est gaspillée du fait de l’effet Joule, les lignes électriques chauffent l’air).

Aujourd’hui, différents problèmes convergent donc : l’énergie est de plus en plus chère, elle est responsable d’une grande part des émissions de carbone, mais aussi de diverses pollutions. De plus en plus de problèmes sanitaires se posent, tout comme se pose également la question des risques nucléaires et d’indépendance de ressource. Enfin, l’arrivée des énergies renouvelables, par nature non centralisées, remettent en cause la logique ancienne. Le kilowatt le plus propre et le moins cher étant celui qui n’est pas utilisé, nous devons centrer la recherche sur les économies. En outre, le développement des technologies numériques constitue une opportunité pour repenser totalement les réseaux d’énergie, en écosystème complexe.

Quand les smart grids redonnent le pouvoir aux consommateurs

Les smart grids sont constitués de capteurs qui créent toutes sortes de données, ensuite envoyées à un décideur énergétique (éventuellement automatique), permettant ainsi d’adapter toutes les consommations (pilotage de tout ce qui utilise de l’électricité), mais aussi de gérer les entrées d’électricité ou de minimiser les transports.

Par conséquent, pour ce qui est de nos habitats, nous sommes – ou serons – en capacité de faire des choix en parfaite connaissance de ce qu'ils induisent : éclairage, chauffage… En simplifiant, si je baisse de 10 % mon système de chauffage, je sais que cela fera par exemple baisser de 2 °C la température mais économisera X euros et Y kg de carbone. C’est une notion nouvelle, l’empowerment énergétique, la prise de pouvoir de chacun d’entre nous sur ses choix énergétiques.

Un effort collectif qui nécessite encore beaucoup d'innovations

Évidemment cette notion n’est pas si simple, car nous ne pouvons pas non plus décider de tout, chacun dans son logement. Il est de plus en plus nécessaire de se mettre en interaction, au moins au niveau du quartier. Par ailleurs, de nombreuses autres questions se posent, comme la question de la formation, de l’interopérabilité, des volumes importants de données à transporter et à traiter (« big data »), de vie privée.

Les smart grids sont aussi un vrai sujet de recherche et d’innovation. De très nombreuses entreprises se créent, les grands groupes de service y sont aussi de plus en plus présents par l'intermédiaire de filiales. Les États-Unis et l’Allemagne ont compris les enjeux, investissant des sommes considérables dans le domaine. En France, des travaux de recherche sont menés, notamment à l’Institut Télécom, mais il y a aussi de nombreuses démarches innovantes, y compris de la part des collectivités territoriales.

Les smart grids sont également une source de créativité, autour de l’éclairage public, des écoquartiers… Ils constituent une exceptionnelle opportunité pour réinventer les partenariats public/privé, et probablement aussi les modèles économiques du développement durable, davantage fondés sur l’usage.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !