Si vous voulez comprendre votre pré-ado, allez voir “Lou !” | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
"Lou ! journal infime" sort ce mercredi.
"Lou ! journal infime" sort ce mercredi.
©Capture d'écran

LE décryptage

Si vous voulez comprendre votre pré-ado, allez voir “Lou !”

"Lou ! journal infime", adaptation éponyme de la bande-dessinée de Julien Neel, sort ce mercredi 8 octobre sur les écrans de cinéma. Une héroïne à laquelle de nombreux pré-adolescents s'identifient.

Claude Combet

Claude Combet

Claude Combet est journaliste à Livres Hebdo le journal professionnel du livre destiné aux libraires bibliothécaires éditeurs journalistes. Elle est spécialiste notamment de la littérature étrangère du polar et des livres pour enfants. Elle a collaboré à L’Encyclopaedia Universalis à L’Édition française depuis 1945 (Éditions du Cercle de la librairie) à Aimer lire (Bayard Jeunesse/CNDP) et à Chronique de l’année 2003. 

Voir la bio »

Atlantico : La Bande dessinée Lou de Julien Neel dont le premier tome Journal Infime est paru en 2004 et fait l'objet d'une adaptation cinématographique qui sort dans les salles françaises ce mercredi 8 octobre. Quels sont les ressorts du succès de cette BD auprès des pre-ados et des ados ?

Claude Combet : Lou appartient à l'univers des pré-ados : c'est une BD réaliste qui parle de leur quotidien, de la vie scolaire, des vacances, des relations avec les adultes — en l'occurrence la mère, puis après le nouveau compagnon de sa mère (mais ils se séparent) —, des amitiés compliqués avec les copines, des premiers émois amoureux (Lou est amoureuse de Tristan depuis la maternelle) et des premières amours, et même de l'arrivée d'un petit frère (dans le volume 5 alors qu'elle a déjà quatorze ans). Mais ce qui plait incontestablement aux lecteurs (lectrices ?), c'est que Lou "vieillit" à chaque volume et traverse de nouvelles étapes de l'adolescence. 

Son succès est basé sur le bouche à oreille dans les cours de récréation : au moins à ses débuts, il a échappé aux adultes et ce sont les petites filles qui en ont parlé entre elles et l'ont plébiscité. Au Salon du livre et de la presse de Montreuil, elles faisaient la queue pour avoir une dédicace et beaucoup de parents se demandaient ce qu'était cette BD, Lou... C'est un peu différent maintenant car la BD a été adaptée en série animée et diffusée sur M6, ce qui lui a donné une notoriété bien plus importante. 

Dans quelle mesure reflète-t-elle une certaine évolution de la structure familiale et de la relation parent-enfant et plus précisément mère-fille ?

Il s'agit d'une famille monoparentale : Lou est élevée par sa mère célibataire baba cool et paradoxalement plus immature que sa fille. Cette mère ambitionne d'écrire un roman de science-fiction (elle y arrive dans le volume 3) mais, passionnée de jeux vidéos, préfère jouer à la console. C'est presque un rapport parent-enfant inversé.

En même temps, dans le volume 5, Lou lit le journal de sa mère adolescente et comprend que sa mère a eu son âge et a vécu des choses qui explique son comportement d'adulte.

A l'heure où les structures familiales sont en plein bouleversement, cette BD permet-elle d'apporter certaines réponses aux adolescents ?

Lou s'inscrit dans son époque et reflète donc les structures familiales actuelles (souvent monoparentale). Mais je ne pense pas que les adolescents soient davantage bouleversés qu'autrefois, c'est l'adolescence qui est un bouleversement. ​

Lou est typiquement ce qu'on appelle une lecture miroir dans laquelle le lecteur, enfant ou adolescent, se retrouve. Elle accompagne le lecteur dans chacune des étapes de son développement, à un âge, la pré-adolescence et l'adolescence où on se pose beaucoup de questions, où on croit être seuls à vivre certaines difficultés. C'est une lecture qui rassure. 

Cette bande dessinée s'adresse-t-elle principalement aux filles ? Les adultes peuvent-ils s'y retrouver ? 

Dans la mesure où Lou est une héroïne, l'identification pour les filles est immédiate. Mais les garçons s'y retrouvent aussi car les étapes, les sentiments, les interrogations de la pré-adolescence et de l'adolescence, sans parler des situations familiales, les touchent aussi. Quant aux parents, ils peuvent aussi se reconnaître dans les adultes, voire retrouver leur propre adolescence...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !