Retour de Nicolas Sarkozy à l'UMP : le "catéchisme" de François Fillon n’était pas une vacherie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Retour de Nicolas Sarkozy à l'UMP : le "catéchisme" de François Fillon n’était pas une vacherie
©

Info Atlantico

Retour de Nicolas Sarkozy à l'UMP : le "catéchisme" de François Fillon n’était pas une vacherie

Lors du bureau politique de l'UMP, lundi, la phrase "c'est un catéchisme" dite par l'ex-Premier ministre avait été considérée comme une pique contre Nicolas Sarkozy. Il semble en réalité que le député de la Sarthe ne parlait pas du tout de cela...

La presse, notamment Le Parisien, a beaucoup glosé sur la petite phrase de François Fillon lors de sa sortie bougonne du grand raout de l’UMP de lundi au cours duquel Nicolas Sarkozy a accompli son vrai-faux retour : "C’est un catéchisme!" Selon un proche de l’ancien Premier ministre, il ne s’agissait pas d’une critique, encore moins d’une moquerie après le discours de son ex patron, mais d’une réponse toute simple à une question qui lui était posée par un militant.

Petit flash back. Lorsque François Fillon prend place au premier rang, au côté des pontes de l’UMP pour écouter la parole sarkozyenne, son ami Gérard Longuet va à sa rencontre et lui tend un vieux livre à la couverture jaunie : "Tiens cher François, je t’ai acheté le catéchisme de Mgr Fillon, évêque de Langres ! C’est une édition originale, j’ai pensé que ça te ferait plaisir". Le député de Paris remercie Longuet pour son attention et s’installe dans son fauteuil. A la fin de la réunion, il se lève parmi les premiers et se retire en compagnie de quelques-uns de ses amis quand un militant UMP l’apostrophe : "M. le Premier ministre, c’est quoi, cet ouvrage ancien que vous avez sous le bras ?" "C’est un catéchisme" lui a répondu Fillon, élevant un peu la voix pour être entendu malgré la ferveur ambiante.

Une phrase anodine captée par un témoin de la scène que plusieurs confrères ont ensuite interprétée comme une pique du candidat annoncé à la primaire de 2016 en direction de son possible rival. Comme quoi les voies du Seigneur…


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !