Qui aime (encore) le Tour de France ? La réponse des Français | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Le Tour de France ne passionne plus autant qu'il y a 40 ans.
Le Tour de France ne passionne plus autant qu'il y a 40 ans.
©REUTERS/Jean-Paul Pelissier

On l'aime ou on la boucle

Qui aime (encore) le Tour de France ? La réponse des Français

Selon un sondage Ifop pour Atlantico, le Tour de France reste une des manifestations phares de l'année et près de 50% des Français déclarent aimer cet événement alors qu'ils ne seraient que 33% à apprécier le football.

Esteban  Pratviel

Esteban Pratviel

Esteban Pratviel est chef de groupe pour la société de sondages Ifop.

Voir la bio »

Atlantico : D’après l’étude Ifop pour Atlantico sur la popularité du Tour de France auprès des Français, ces derniers sont 49 % en juin 2014 à déclarer aimer l’événement. Cet équilibre proche de 50-50 a-t-il toujours existé ?

Esteban Pratviel : Notons tout d’abord que si 50 % n’est pas un chiffre très élevé en apparence, il n’en reste pas moins que pour un sport comme le football, l’intérêt des Français tourne autour de 33 %. Ce qui signifie qu’en réalité l’intérêt pour le Tour de France est extrêmement élevé.

Par rapport à des enquêtes beaucoup plus anciennes, effectuées dans les années 60, on constate une baisse de 20 points dans l’intérêt porté au cyclisme. Pour beaucoup, cette tendance est liée au vieillissement de la population. Les jeunes s’y intéressent de moins en moins, cependant sur les 15 dernières années les chiffres de l’intérêt n’ont pas évolué.

Parmi les personnes ressentant de l'affection pour le tour de France, 63% sont  des hommes et 37% des femmes. Cette différence est-elle historique ? A-t-elle tendance à évoluer ou reste-t-elle stable ? 

La différence d'intérêt entre les hommes et les femmes est assez classique quand on parle de compétition sportive. Les hommes regardent plus souvent les compétitions sportives que les femmes. On a l'impression que cette différence s'estompe légèrement, cependant les chiffres de 2011 sont les mêmes que ceux de cette année. On ne note pas d'évolution dans nos sondages depuis une dizaine d'années. 

Parmi les personnes intéressées par le tour de France, 31% ont 18 à 24 ans, ce chiffre augmentant avec l'âge pour atteindre 61 % chez les plus de 65 ans. Pourquoi les jeunes sont-ils moins intéressés par le tour de France ? Est-ce la répétition annuelle ou le goût pour le sport qui explique l'intérêt des personnes plus âgées ? 

Il s'agit plutôt du cyclisme lui-même. C'est un sport traditionnel. Le tour de France existe depuis 1903, c'était un passage obligé dans l'enfance des personnes aujourd'hui âgées. Si les chiffres s'estompent selon l'âge, c'est parce qu'aujourd'hui les compétitions de sport sont de plus en plus diffusées et qu'un processus de démocratisation y est associé. Le Tour de France n'est plus un passage obligé pour les enfants, c'est un événement que l'on attend moins. De plus, les grandes figures du cyclisme français ont aujourd'hui terminé leur carrière, les jeunes ont donc plus de difficultés à s'identifier aux cyclistes et, àpar voie de conséquence, à s'intéresser au Tour de France.

Concernant la profession des personnes interrogées, les cadres sont à 49% intéressés par le Tour, et les ouvriers à 52%. Comment expliquer la proximité de ces chiffres dans des classes professionnelles souvent opposées ?

Le cyclisme est un sport populaire, et le Tour de France, un événement qui rassemble. Les personnes de toutes professions s'y intéressent, c'est en effet quelque chose que l'on ne voit pas dans les autres sports tels que le golf par exemple. Egalement, la diffusion du Tour de France se fait sur une chaîne publique, l’accès est le même peu importe sa catégorie professionnelle, cela contribue au fait que le cyclisme est regardé par tous les corps de métiers. 

61% des sympathisants du Front de Gauche regardent le tour de France contre 42% des sympathisants du Front national. Que peut-on dire de ces chiffres ? 

C'est difficile à expliquer, d'autant plus qu'il s'agit de quelque chose de nouveau. cet écart n’apparaît pas dans les enquêtes précédentes. Nous manquons d'effectifs pour donner du poids à ces chiffres. On peut noter que les chiffres sont beaucoup plus proches lorsqu'il s'agit du PS (56%) et de l'UMP (54%).

Quelle influence les affaires de dopage ont-elles eu sur l'intérêt des Français pour le Tour de France ?

En dépit des différentes affaires de Dopage telles que Festina en 1998, ou liées à de grandes personnalités comme Marco Pantani, Jan Ullrich ou Lance Armstrong, l’intérêt pour la course elle-même n’a pas bougé. L’affection que les Français portent au Tour reste inchangée.

Pourtant les Français sont 84 % à considérer que le Tour ne peut se dérouler sans qu’une affaire de dopage n’intervienne. Comment expliquer ce paradoxe ?

C’est totalement paradoxal, tout se passe comme si le dopage avait été banalisé. Ce qui sauve l’événement, c’est tout ce qu’il y a autour : l’organisation de la course, les paysages, la découverte de nouveaux lieux… tout le "folklore" du Tour de France, en somme. Celui-il fait véritablement partie du patrimoine national.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !