Quelle heure est-il en Antarctique ? Le casse-tête des fuseaux horaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Tous les fuseaux horaires convergent en Antarctique.
Tous les fuseaux horaires convergent en Antarctique.
©Reuters

C'est compliqué

Quelle heure est-il en Antarctique ? Le casse-tête des fuseaux horaires

Dans certaines zones du monde, la question de l'heure est un vrai casse-tête chinois. L'exemple le plus parlant est celui de l'Antarctique : dans des régions où convergent tous les fuseaux horaires du monde, est-il vraiment logique de définir le temps par zone ?

La plupart des pays règlent leurs fuseaux horaires en fonction de l'échelle de Temps universel coordonné (TUC). Ce système, qui découpe le globe en 24 fuseaux horaires de même taille, a remplacé le système de Greenwich (GMT) en 1972. Les fuseaux horaires s’étendent du pôle Nord au pôle Sud et se délimitent par deux méridiens distants de 15 °. Aussi, pour calculer l'heure locale d'un pays il "suffit" d'observer le méridien qui passe au centre de son fuseau, explique le site Fuseauxhoraires. On ajoute alors son heure au nombre correspondant au numéro du fuseau. Exemple : s'il est midi à Greenwich, méridien zéro (l'heure de Londres, traversée par le méridien Greenwich, est désignée comme universelle), il sera 15 heures à Moscou.

Mais les fuseaux horaires ne sont pas toujours stables. En effet, on remarque qu'alors que Paris n'a que deux degrés de longitude d'écart avec la capitale britannique et que l'ouest de la France est, lui aussi, traversé par le méridien de Greenwich, l'hexagone à une heure de plus que l'Angletterre. Ce décalage a été effectué pour des raisons politiques : en 1943, alors que Paris était occupée par les nazis, elle a dû se soumettre à l'heure de Berlin, raconte Slate. A la fin de la guerre, personne n'a jugé utile d'y changer quoi que ce soit. En Espagne, Franco a également décidé de se calquer sur l'heure de Berlin, par solidarité avec l'Allemagne nazie.

Mais dans certaines zones du monde, la question des fuseaux horaires est encore bien plus complexe. L'exemple le plus parlant est celui de l'Antarctique. Aux extrémités Nord et Sud du globe, où convergent tous les fuseaux horaires et où les régions connaissent donc des cycles de soleil et de nuit continus aux environs des solstices d'été et d'hiver, est-il vraiment nécessaire de définir le temps par zone ?

La question divise les quelques scientifiques internationaux qui y résident, qui ont besoin d'une référence temporelle codifiée et adaptée pour mener au mieux leurs expériences. Certains checheurs préfèrent adapter le fuseau horaire de leur base avec celui de leur pays d'origine, afin de pouvoir communiquer plus facilement avec ce dernier. C'est le cas notamment de la station russe de Vostok : située sous l'Australie elle est pourtant réglée à l'heure de Moscou.

Ci-dessous l'équipe de la station de Vostok en 2012, seule au monde.

D'autres stations font le choix inverse. Ainsi les bases de recherches McMurdo et Palmer, toutes deux dirigées par les Etats-Unis, ont préféré suivre le fuseau horraire du point habité le plus proche. Les chercheurs de McMurdo utilisant Christchurch comme point d'embarcation pour rejoindre leur base, l'heure de cette dernière est donc réglée sur celle de la ville néo-zélandaise. Palmer, quant à elle, est réglée sur le fuseau horaire chilien, rapporte le site Timeanddate.com.

L'Australie a également fait le choix de se référer au système usuel TUC pour régler l'heure de ses six stations antarctiques : celle de Casey a donc trois heures de plus que celle de Mawson, alors qu'elles ne sont séparées "que" de 3 000 km.

Par conséquent, comme si la situation n'était pas assez compliquée comme cela, quand le point de référence d'une station passe de l'heure d'hiver à l'heure d'été, la station antarctique qui la suit change également son heure. Par exemple, McMurdo passe de TUC+12 pendant l'hiver néo-zélandais à TUC+13 quand les beaux jours arrivent. Certaines bases ont même l'habitude de modifier leur heure juste pour réduire le décalage horaire de leurs scientifiques quand ces derniers reviennent de leur mère patrie.

Enfin, reste la question des régions où personne ne va. En Antarctique, "de nombreuses régions n’ont pas de fuseau horaire puisque rien n’est décidé et il y a même des campements temporaires qui n’ont pas de temps. Ils sont simplement indiqués avec l’heure TUC", résume Wikipédia.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !