Comment les aides à la presse papier la rendent dépendante du pouvoir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Comment les aides à la presse papier la rendent dépendante du pouvoir
©

La carotte sans le bâton

Comment les aides à la presse papier la rendent dépendante du pouvoir

Le dernier rapport de la Cour des Comptes dresse un bilan des aides à la presse. Il contient un tableau fort instructif des subventions par titre.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio »

Cet article a été publié initialement sur le blog d'Eric Verhaeghe

Une grande caractéristique de la « presse papier » en France est son extrême complaisance vis-à-vis de la nomenklatura. Voici l’une des explications.

La Cour des Comptes vient de publier un très précieux rapport sur les aides à la presse, qui vaut vraiment le détour.

Je recommande notamment à chacun la lecture des pages consacrées à l’opération « Mon journal offert »: celle-ci a consisté à offrir des abonnements à des jeunes lecteurs. Plus de 200.000 jeunes ont profité de l’opération… et le Monde, le Figaro, et… l’International Herald Tribune semblent avoir tiré leur épingle du jeu. Provisoirement, car le taux d’abonnements payants à l’issue de l’opération était inférieur à la moyenne nationale.

Je ne résiste pas au plaisir de glisser le tableau des subventions par titre:

On notera avec amusement quelques originalités de cette politique d’aide publique.

Par exemple, chaque exemplaire de l’Humanité bénéficie d’une subvention de 48 centimes. Soit 40% de son prix de vente. On comprend mieux pourquoi ce journal lutte tant contre l’austérité budgétaire. Inversement, le Figaro perçoit quand même une subvention de 17 centimes à l’exemplaire. Un fait que le journal évite de rappeler.

Libération est le troisième quotidien le plus aidé de France…

Surtout, ce classement compte quelques extravagantes anomalies: l’abondance des « journaux télé » qui y figure ne manque pas de surprendre. Quelqu’un peut-il expliquer pourquoi une partie de nos impôts finance Télé Z, Télécable Satellite Hebdo, Télé Poche, Télé Stars ou Télé Loisirs? Franchement, je ne trouve pas de réponse plausible.

Démonstration est faite qu’il existe encore des marges dans le budget de l’Etat.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !