Pourquoi vous avez ENCORE le rhume des foins en septembre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Toute personne peut être victime d'une allergie à l'ambroisie, notamment lorsque cette plante fait partie de son environnement proche qui implique une longue exposition.
Toute personne peut être victime d'une allergie à l'ambroisie, notamment lorsque cette plante fait partie de son environnement proche qui implique une longue exposition.
©Wikimédia

Sortez les mouchoirs

Pourquoi vous avez ENCORE le rhume des foins en septembre

Vous pensiez en avoir fini avec vos allergies au pollen, mais vous continuez à vous moucher et à vous gratter ? Vous êtes probablement victime d'une allergie à l'ambroisie, une plante sauvage au pollen ultra agressif, qui, sous les effets du réchauffement climatique, prolifère de manière très inquiétante sur le territoire français.

Madeleine Epstein

Madeleine Epstein

Madeleine Epstein est allergologue.

Voir la bio »

Atlantico : L'ambroisie, une plante au pollen très allergisant, prolifère en France de manière anormale sous l'effet du changement climatique. Son pic d'émission pollinique étant fin août, début septembre, constatez-vous une recrudescence des allergies dues à cette plante au cours de vos consultations ?

Madeleine Epstein :Personnellement non, car je consulte en région parisienne, et cette plante n'a heureusement pas encore atteint le Nord de la France, où la plupart des pollens allergisants sont émis entre février et juin, et proviennent principalement, concernant l’Île-de-France, des bouleaux et des graminées. 

Les régions les plus touchées par la recrudescence du rhume des foins en août/début septembre (voire en octobre) sont surtout le sillon Rhodanien, l'Auvergne, la Nièvre et Dordogne. Un premier pic d'émission pollinique de l'ambroisie a été atteint le 17 août, dans la région lyonnaise. 

Néanmoins et à cause du réchauffement climatique, les zones touchées par la prolifération de l'ambroisie s'étendent au fil des ans, en remontant vers le Nord, là où le climat tempéré fait petit à petit place à un climat plus chaud, les multiples campagnes de santé publique n'ayant pas réussi à endiguer la propagation de cette plante sauvage, qui s'épanouit dans les chantiers, au bord des routes ou des parcelles de terre cultivées, et résiste très bien aux sécheresses. Si rien n'est fait, les chercheurs estiment que les concentrations dans l'air de pollen d'ambroisie pourrait quadrupler en Europe d'ici 2050. 

Quels sont les premiers signes qui permettent d'établir une allergie à l'ambroisie ?

Les premiers signes qui permettent d'établir une allergie à l'ambroisie sont les mêmes que pour les autres pollens, c'est-à-dire : la rhinoconjonctivite, la toux, une gêne respiratoire, de l'asthme voire de l'eczéma. 

Ces premiers signes allergiques peuvent apparaître tous ensemble ou isolément. 

Toute personne peut être victime d'une allergie à l'ambroisie, notamment lorsque cette plante fait partie de son environnement proche qui implique une longue exposition. 

Quelles peuvent être les conséquences d'une allergie à l'ambroisie sur la santé ?

D'abord, une allergie à l'ambroisie peut provoquer des rhinites, des conjonctivites, des trachéites, de l'urticaire et de l'eczéma. Ce ne sont pas des maladies qui mettent en jeu le pronostic vital, mais elles peuvent être très handicapantes dans la vie de tous les jours, voire empêcher de travailler ou de suivre des cours. Les rhinites par exemple, plus couramment appelé "rhume des foins", s'accompagnent le plus souvent d'une obstruction nasale qui peut être responsable de la perte de l'odorat, de démangeaisons du palais, des conduits auditifs et des yeux, d'une très grande fatigue, de maux de tête, d'un écoulement dans l'arrière gorge, de difficultés à se concentrer et à s'endormir. 

Ensuite, l'allergie à l'ambroisie est quand même à une allergie à surveiller de très près, car si un traitement de fond n'est pas mis en place dès les premiers symptômes, le pollen de cette plante, très agressif, peut provoquer des crises d'asthmes aiguës, avec parfois un risque fatal.

Comment éviter et traiter au mieux l'allergie à l'ambroisie ?

Concernant le patient, pendant toute la durée de l'exposition, il faut prendre un traitement symptomatique usuel. En prévention, il est possible d'entreprendre un traitement de désensibilisation.

Concernant les politiques de santé, il faut sensibiliser le grand public aux dangers de cette allergie et à son développement exponentiel, en recommandant notamment d'arracher les plants d'ambroisie lorsque les personnes en trouvent. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !