Napoléon superstar sur Wikipédia : pourquoi l'empereur fascine autant que Jésus et Mahomet au niveau mondial | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Napoléon superstar sur Wikipédia : pourquoi l'empereur fascine autant que Jésus et Mahomet au niveau mondial
©

Messianique

Napoléon superstar sur Wikipédia : pourquoi l'empereur fascine autant que Jésus et Mahomet au niveau mondial

La légende napoléonienne est telle que certains donnent à l'empereur un caractère messianique. Auréolé par ses victoires militaires, il a écrit lui-même son mythe, pour devenir l'objet d'un culte.

Quelle personnalité a le plus marqué l'Histoire ? La question est posée depuis de nombreuses années. Si l'on en croit un nouveau logiciel américain, il s'agit de Jésus. La deuxième place du classement est occupée par Napoléon (cocorico !). Le prophète Mahomet arrive en troisième position. William Shakespeare est 4ème, suivi des présidents américains Abraham Lincoln (5e) et George Washington (6e). Viennent ensuite Adolf Hitler (7e), Aristote (8e), Alexandre le Grand (9e) et Thomas Jefferson (10e). 

Pour arriver à ces résultats, les informaticiens américains Steven Skiena et Charles B. Walker ont mis au point un logiciel qui recense les opinions exprimées par les internautes sur des gens célèbres en utilisant un algorithme. Ce dernier permet de savoir si les personnalités resteront célèbres 200 ans après leur mort, explique le Daily Mail. En tout, plus de 800 000 pages Wikipédia ont été analysées dans des domaines très variés (politiques, artistes, scientifiques etc.)

Peu d'hommes ont suscité autant de haine et d'admiration que Napoléon. Sa légende est telle que certains donnent à l'empereur un caractère messianique. Dans un de ses ouvrages, l'historien Elie Faure le compare même à un "prophète des temps modernes". "Comme tous les grands conquérants, il fascine. Dès la campagne d'Italie (1796-1797), il commence à créer son propre mythe et instrumentalise sa propagande, qui l'accompagne au fil de ses victoires et s'enracine dans le temps", explique l'historien Walter Bruyère-Ostells. 

"Les proclamations militaires de Napoléon sont faites pour galvaniser ses soldats, mais elles sont aussi publiées dans les journaux", poursuit-il. Cette culture du chef militaire s'inscrit aussi dans les arts. "Tout le monde connaît le célèbre tableau de David 'Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard' (voir illustration principale). On retrouve ce culte de la personnalité chez Stendhal et Victor Hugo notamment. Et avec 'Le Mémorial de Sainte-Hélène', Napoléon réécrit une dernière fois sa légende", détaille l'historien. 

Après le couronnement de 1804, son régime prend une tournure sacrée. En 1806, la Saint Napoléon est inventée : on la célèbre le 15 août, date anniversaire du souverain. Auréolé par ses victoires militaires, il fait l'objet d'un culte. La gravure d'Antoine Aubert de 1812 montre que l'idolâtrie napoléonienne n'a pas attendu la Restauration pour éclore : Napoléon est réduit à son visage, illuminé d'un halo de lumière. La gravure est accompagnée d'une légende qui attribue à l'empereur des pouvoirs divins : "Astre brillant, immense, il éclaire, il féconde. Et seul fait à son grès tous les destins du monde".

"Napoléon n'est pas seulement un grand chef militaire : l'importance de son œuvre civile est incontestable. Il a jeté les fondements de notre Etat moderne (Conseil d'Etat, Code civil, Banque centrale etc.). En s'exportant, les institutions françaises ont contribué à faire connaître le personnage", explique Walter Bruyère-Ostells. 

Pour intégrer le classement de Steven Skiena et Charles B. Walker, il ne faut pas nécessairement avoir été un homme bon et vertueux. Hitler est ainsi très loin devant Jean-Paul II (91e), Socrate (68e), Gandhi (46e) ou Franklin Roosevelt (43e). Nelson Mandela, le leader de la lutte anti-apartheid en Afrique du Sud est quant à lui relégué au 356e rang, souligne le site i24news.

Dans le domaine culturel, William Shakespeare prend donc la première place, suivi de Mozart (24e), Beethoven (27e), Léonard de Vinci (29e) et Charles Dickens (33e). Dans le domaine scientifique, Darwin (12e) devance Einstein (19e), Newton (21e), le botaniste Carl Linnæus (31e) et Benjamin Franklin (35e).

Par ailleurs, les femmes sont quasiment absentes de ce classement : seules Elisabeth Ier (13e), la reine Victoria (16e) et Jeanne d'Arc (95e) figurent dans le top 100. A noter que Madonna (121e) est devant la Vierge Marie (127e).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !