Pourquoi les manœuvres russes près des câbles sous-marins internet sont inquiétantes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Un sous-marin prend la mer (photo d'illustration).
Un sous-marin prend la mer (photo d'illustration).
©Reuters

Vers une nouvelle Guerre Froide...

Pourquoi les manœuvres russes près des câbles sous-marins internet sont inquiétantes

Les États Unis ont dénoncé des manœuvres de sous-marins russes qui pourraient, selon eux, couper des câbles servant aux communications et à Internet. Dans un contexte de plus en plus tendu avec la Russie, cette nouvelle découverte ne risque pas d'apaiser les tensions.

Guillaume Lagane

Guillaume Lagane

Guillaume Lagane est spécialiste des questions de défense.

Il est également maître de conférences à Science-Po Paris. 

Il est l'auteur de Questions internationales en fiches (Ellipses, 2021 (quatrième édition)) et de Premiers pas en géopolitique (Ellipses, 2012). il est également l'auteur de Théories des relations internationales (Ellipses, février 2016). Il participe au blog Eurasia Prospective.

Voir la bio »

Atlantico : Les Etats Unis accusent la Russie de menacer de couper des câbles utilisés pour internet en haute mer avec leurs sous-marins. Quelles seraient les conséquences d'une coupure de câbles ?

Guillaume Lagane : Ces câbles sont un réseau très ancien, qui a été posé à partir des années 1860. Ils servent principalement aux communications, à internet bien sûr, et jouent aussi un rôle majeur dans les transactions financières. Certains réseaux, moins nombreux, ont un rôle dans les transmissions militaires. En ce qui concerne les réseaux civils, les conséquences d'une coupure de ces câbles seraient évidemment préoccupantes pour l'économie mondiale, interrompant les règlements interbancaires, et, plus largement, pour les sociétés contemporaines compte tenu de notre dépendance au net. Les Américains accusent, en outre, les Russes, de voguer près des zones où ces câbles sont enfouis profondément, ce qui les rendrait leur réparation bien plus difficile.

Est-ce un coup de bluff des Etats Unis ou une menace réelle existe-t-elle ?

A l'heure actuelle, compte tenu des tensions qui existent entre Washington et Moscou, il n'est pas impossible que les Etats Unis utilisent cette prétendue menace russe comme une nouvelle arme de propagande. Après tout, nous ne disposons pas d'éléments impartiaux sur les trajets de la marine russe. Les Etats Unis mentionnent un navire espion russe, le Yantar, qui aurait récemment été de passage dans les Caraïbes, en route vers Cuba, et aurait suivi le parcours d’un de ces câbles, proche de la base américaine de Guantanamo. Cela reste à vérifier.

En même temps, les accusations américaines s'inscrivent dans un contexte qui permettrait de les accréditer. En effet, on ne compte plus les théâtres où la Russie mène une politique particulièrement agressive. Cette politique s'inscrit dans un mouvement long depuis l'arrivée au pouvoir de Poutine à la fin des années 1990. La Russie est une puissance révisionniste, comme a pu l’être l’Allemagne après le traité de Versailles. Comme l’Allemagne en 1918, elle considère qu’elle n’a pas été vaincue après la fin du communisme en 1991. L’objectif final de Moscou est donc de remettre en question l'ordre politique occidental, né de la fin de la guerre froide. De l'intervention en Ukraine à l’annexion de la Crimée, en passant par la violation répétée de l'espace aérien de pays baltes et scandinaves ou par son déploiement en Syrie, la Russie multiplie les démonstrations de force dont l’affaire des câbles semble être un nouvel avatar.

Quel serait l'intérêt véritable des Russes derrière de telles manœuvres ?

L'intérêt véritable pourrait être de mener des opérations d'espionnage. On se souvient que les Etats-Unis ont utilisé un de leurs sous-marins, le Halibut, au début des années 70 pour capter les informations qui transitaient par un câble au nord du Japon, dans la mer d'Okhostk.

Mais, plus largement, il peut y avoir la tentation de faire sentir aux Occidentaux leur fragilité et celle de leur économie. Ce serait pour les Russes une manière de répondre aux sanctions occidentales décidées après l'annexion de la Crimée et l'intervention en Ukraine en 2014, qui frappent durement l'économie russe.

Depuis l'annexion de la Crimée, la tension avec la Russie est à son paroxysme. Que doit on craindre ? Un retour à la guerre froide se prépare-t-il ?

En effet, on pourrait craindre un retour de la guerre froide. Ce ne serait bien sûr pas une réplique de la confrontation Est-Ouest née en 1945. La Russie n'est plus un Etat communiste très structuré avec un ensemble d'alliés qui lui sont inféodés. Néanmoins, on voit bien que, sur le plan idéologique, elle promeut, à l’instar de la Chine, un modèle autoritaire anti-occidental. Il y a bien une volonté de structurer une idéologie en opposition à celle des Etats Unis et de l'Occident en général. A cela se rajoute l'utilisation de l'appareil militaire pour soutenir ses alliés comme en Syrie ou déstabiliser des Etats qui cherchent à sortir de son orbite comme en Ukraine et dans le Caucase. Et comme pendant la guerre froide, le risque existe que le conflit se réchauffe. Des conflits entre acteurs locaux, comme en Syrie, peuvent se transformer en conflit indirect entre Etats-Unis et Russie. Ajoutons que la comparaison avec la guerre froide se défend aussi du point de vue des dirigeants : si Poutine possède le même côté théâtral que Khrouchtchev, sans son humour, Obama se rapproche, par l’impression de faiblesse qu’il dégage, de Jimmy Carter.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !