Pourquoi la Chine vend ses réserves de dette américaine à tour de bras et quels effets pour la première économie du monde ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pourquoi la Chine vend ses réserves de dette américaine à tour de bras et quels effets pour la première économie du monde ?
©Reuters

Même pas peur

Pourquoi la Chine vend ses réserves de dette américaine à tour de bras et quels effets pour la première économie du monde ?

Alors que la Chine est le premier détenteur mondial de dette américaine, le pays semble changer son fusil d'épaule. Au cours de l'année 2015, la Chine aurait vendu l'équivalent de 187 milliards de dollars de titres de dette, et ce, sans que cela ne produise aucun effet sur la situation des taux américains.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann

 

Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.

Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :

 

Voir la bio »

Atlantico : Alors que la Chine est le plus grand détenteur mondial de dette américaine, les autorités chinoises ont procédé à la plus grande vente de titres américains au cours de l'année 2015, soit 187 milliards de dollars. Quelles sont les raisons permettant d'expliquer cette perte d'intérêt de la Chine pour la dette américaine ?

Nicolas Goetzmann : La Chine n'a pas perdu son intérêt pour la dette américaine, la Chine est contrainte d'agir de la sorte. Le premier point à prendre en compte est que le Yuan, la monnaie chinoise, est liée au dollar, c’est-à-dire que les autorités chinoises ont délibérément choisi de voir leur monnaie flotter au gré des évolutions de la monnaie américaine. Or, depuis plus près de deux ans maintenant, lorsque la Fed a commencé à avertir les marchés financiers que la hausse des taux était pour bientôt, le dollar progresse contre toutes les monnaies du monde. Pour l'exemple, l'euro s'est fortement déprécié par rapport au dollar depuis ce moment, passant de 1.38$ à 1.08$. Par conséquent, en raison de l'arrimage du Yuan au dollar, la monnaie chinoise suit le même mouvement, et progresse fortement par rapport aux autres monnaies. Mais un tel mouvement ne se réalise pas de façon automatique, les autorités chinoises doivent agir pour que la hausse se matérialise. Et cette action consiste à vendre des actifs libellés en dollars, c’est-à-dire la dette américaine que la Chine détient en réserve, pour acheter du Yuan. Une telle pression à l'achat permet de soutenir le Yuan à la hausse et ainsi de respecter le lien fixé entre les deux monnaies. Mais cette politique conduit à une érosion progressive des réserves en dollar de la Chine. Mais encore une fois, il s'agit plus d'une contrainte que d'un choix pour les autorités chinoises.

Ce risque de voir la Chine se détourner de la dette américaine était pointé du doigt depuis plusieurs années, quelles en sont les conséquences ?

Pour le moment, aucune. Alors que le discours routinier consistait à produire un récit alarmiste portant sur une dette américaine totalement dépendante du pouvoir chinois, les évolutions de ces derniers mois tentent à prouver qu'il s'agit d'un non-événement pour les Etats Unis. Parce que la crainte supposée était de voir les taux d'intérêts américains progresser sous l'effet de la vente d'actifs par la Chine. Mais les taux d'intérêts américains sont stables, voir plutôt orientés à la baisse lors de ces dernières semaines. Lors des deux dernières années, les taux US à 10 ans sont passés de 3.00% à 2.2%. L'alarmisme de certains s'est donc une nouvelle fois révélé infondé. Les obligations du Trésor américain sont un actif de référence, et la Chine à elle seule n'a pas le pouvoir d'orienter ce marché.

Le problème concerne bien plus la Chine. Non pas que la vente de ces actifs soit un problème, mais parce que cette vente forcée est une cause du ralentissement économique chinois. En forçant le Yuan à la hausse, les autorités chinoises opèrent une forme de resserrement de leur politique monétaire. Dans le même temps, ces mêmes autorités ont procédé à quelques petites dévaluations afin de compenser, au moins un peu, les effets de cette politique. Mais ce sont les deux faces d'un même mouvement, et sont contradictoires. Mais ces dévaluations restent très insuffisantes. En réalité, et aussi longtemps que le dollar progressera, la Chine sera forcée de serrer la vis de son économie. Il est donc urgent pour le pays de passer à un régime de change libre, qui provoquera une chute du Yuan vis-à-vis du dollar, au regard de la configuration actuelle.

S'agit-il d'un signal d'alarme pour les Etats Unis ? le pays sera-t-il contraint de revoir sa situation d'endettement s'il veut éviter la défiance des investisseurs ?

Non. La situation de la dette américaine dépend en premier lieu de la capacité du pays à générer de la croissance. Lorsque la croissance est là, les revenus de l'Etat augmentent, et le pays est en capacité de faire face à ses obligations. Une véritable situation de stress sur la dette américaine semble hors de propos aujourd'hui. De plus, l'épargne mondiale est très importante, c'est ce qui explique que les taux d'intérêts soient très faibles pour de nombreux pays à travers le monde. Parce que les milliers de milliards de dollars de l'épargne mondiale doivent bien trouver un support, et qu'il reste très attractif de placer son épargne dans l'Etat qui administre la plus grande économie du monde. A moins de préférer placer son argent auprès de l'Etat Chinois…

De plus, une hausse des taux aux Etats Unis ne ferait que traduire une amélioration de la situation économique du pays. Parce qu'au niveau macroéconomique, si les taux à 10 ans progressent, cela signifie que les marchés financiers anticipent une hausse de la croissance et de l'inflation, c’est-à-dire de la demande. Par effet de vase communiquant, les marchés vendent des obligations pour investir dans des actifs plus risqués, comme des actions, ce qui vient soutenir l'économie. Des taux bas, proches de 0, sont le signe d'une grande défiance, et non d'une grande confiance. C'est ce qui se passe aujourd'hui en Europe, ou les taux sont plus bas qu'aux Etats Unis. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !