Petits rappels sur la réalité de notre approvisionnement énergétique à l’attention de citoyens étourdis (et qui auraient trop écouté Julien Bayou) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Petits rappels sur la réalité de notre approvisionnement énergétique à l’attention de citoyens étourdis (et qui auraient trop écouté Julien Bayou)
©GUILLAUME SOUVANT / AFP

Lumière sur l'énergie

Petits rappels sur la réalité de notre approvisionnement énergétique à l’attention de citoyens étourdis (et qui auraient trop écouté Julien Bayou)

Le secrétaire national de EELV a tendance à oublier que notre mix énergétique ne comportait pas seulement des éoliennes et des panneaux solaires.

Alexis Quentin

Alexis Quentin

Alexis Quentin est docteur en physique et ingénieur dans l'industrie nucléaire. Membre de l'association les voix du nucléaire.

Voir la bio »

Atlantico.fr : Le nucléaire a été le grand absent des débats de la convention citoyenne pour le climat. Quelles sont donc leurs propositions en matière d’énergie ? 

Alexis Quentin : En effet, la Convention Citoyenne pour le Climat n'a pas abordé le nucléaire. Si l'on en croit ce qu'on a pu lire dans la presse à l'époque, les membres considéraient que ce n'était pas un levier suffisant pour réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre. Or définir des mesures permettant cette baisse de 40% était justement ce qui leur était demandé. 

Tous ne sont pas de cet avis parmi les observateurs, certains évoquant le souhait de ne pas vouloir aller sur un terrain trop polémique où le consensus n'aurait pu être trouvé. Les propositions de la CCC concernant l'énergie sont réparties principalement dans trois thématiques :  "produire", "se déplacer" et "se loger".

Dans la première, les mesures ont pour but de régionaliser la gouvernance de l'énergie (via des objectifs régionaux à la PPE par exemple) ou d'encourager l'autoconsommation (via des panneaux photovoltaïques sur les toits par exemple et la modification la réglementation associée) . Il est aussi question d'encourager et de faciliter la participation des citoyens, des entreprises et collectivités locales aux projets régionaux d'énergie renouvelable. 

En somme, sur toutes ces propositions, l'objectif semble être de décentraliser la production d'électricité, en s'appuyant sur les énergies renouvelables.

Concernant les déplacements, le but est clairement de moins avoir recours aux carburants d'origine pétrolière, que ce soit sur le fret (en facilitant le ferroutage ou le fluvial) ou l'aviation, en interdisant à terme la construction de nouveaux aéroports ou les lignes intérieures s'il existe une alternative permettant le trajet en moins de 4h. 

Pour le logement, les propositions visent entre autres à avoir une rénovation totale du parc d'ici 2040, la sortie du chauffage au fioul, et inciter aux baisses de consommation, en limitant par exemple l'utilisation de climatisation en dessous de 30°C ou le chauffage au-dessus de 19°C.

Les différentes propositions données ici ne sont en fait qu'une petite partie de toutes celles développées dans le rapport final de la CCC, qui est très intéressant à lire.

Cependant, il est vrai qu'on peut regretter que la Convention ne soit pas allée sur le terrain de la production nucléaire, ou plus généralement le mix électrique du pays. 

Atlantico.fr : Julien Bayou, numéro 1 d’EELV, a déclaré que le nucléaire n’était « pas compatible avec le réchauffement climatique ». Les faits lui donnent-ils raison ? 

Alexis Quentin : Il faut déjà savoir ce que voulait dire Julien Bayou par "compatible avec le réchauffement climatique". Ce que je peux dire, c'est que le nucléaire est une énergie pilotable (c'est -à -dire qui peut s'adapter à la demande), décarbonée et sûre, malgré tout ce que peuvent dire les anti-nucléaires. L'agence internationale de l'énergie reconnaît le rôle que peut avoir le nucléaire dans la lutte contre la crise climatique, en permettant notamment une sortie du charbon tout en évitant de rouvrir des centrales à gaz. Dans la quasi totalité des scénarios présentés par le GIEC pour permettre de rester en dessous des 1,5° de réchauffement global, la production nucléaire augmente. Si le nucléaire n'était pas compatible avec le réchauffement climatique, le GIEC le saurait, non?

Il ne faut pas se tromper d'objectif. Le but premier concernant la crise climatique c'est de réduire nos émissions et de stopper notre dépendance aux énergies fossiles. Dans ce cadre, tout ce qui nous permet de nous passer de pétrole, charbon ou gaz est bon à prendre. Faire une fixette sur le nucléaire au dépend des vrais problèmes peut amener à des décisions ubuesques, comme en Belgique où il a été décidé de fermer les centrales nucléaires pour les remplacer par des éoliennes et des centrales à gaz.

En fin de compte, pourr reprendre Julien Bayou, le nucléaire n'est pas compatible avec le réchauffement climatique, mais il l'est avec la lutte contre ce réchauffement climatique.

Atlantico.fr : Les énergies éoliennes et solaires sont-elles aujourd’hui des sources d’énergie fiables ?

Alexis Quentin : Tout dépend de ce qu'on entend par fiable. Les éoliennes et les panneaux photovoltaïques ne sont pas des moyens de production pilotables, mais intermittents. Certains préfèrent parler de variable prévisible mais le résultat est le même. Un réseau électrique doit toujours être à l'équilibre, à savoir que le production électrique doit égaler en tout temps la consommation. Or, les éoliennes, d'un jour à l'autre peuvent produire à plein régime comme être à l'arrêt. C'est ceci que Pierre Tarissi met en avant. Les éoliennes auront toujours besoin de back up (en général des centrales charbon ou gaz) car il n'existe pas aujourd'hui de moyen industriels et peu chers de stocker l'électricité, en dehors des STEP.

Donc, plutôt que de parler de non fiabilité, je préfère dire que les éoliennes ne suffisent pas, à elles seules, pour assurer l'équilibre du réseau électrique.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !