Petit rappel : pourquoi les emplois francs, ça ne fonctionne pas | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Lancés en juillet, les emplois francs sont destinés à lutter contre le chômage des jeunes de quartiers réputés difficiles.
Lancés en juillet, les emplois francs sont destinés à lutter contre le chômage des jeunes de quartiers réputés difficiles.
©

Faut arrêter maintenant

Petit rappel : pourquoi les emplois francs, ça ne fonctionne pas

Les emplois francs, réservés aux jeunes de moins de 30 ans habitant dans les quartiers populaires, sont une des solutions avancées par François Hollande pour prendre à bras le corps le problème de l'emploi dans les banlieues. Mais les aides à l'embauche ont toujours souffert de leur caractère aléatoire et discrétionnaire.

Gilles Saint-Paul

Gilles Saint-Paul

Gilles Saint-Paul est économiste et professeur à l'université Toulouse I.

Il est l'auteur du rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) intitulé Immigration, qualifications et marché du travail sur l'impact économique de l'immigration en 2009.

Voir la bio »

Atlantico : Lors de sa tournée des campagnes, avant de prendre ses vacances, François Hollande a mis en avant les emplois francs. Pour créer ces emplois, l'Etat verse 5 000 € en deux fois aux entreprises qui embauchent en CDI un jeune de moins de 30 ans. Ces jeunes doivent résider en Zone Urbaine Sensible (ZUS) et être à la recherche d'un emploi depuis au moins 12 mois. Ce système est-il une solution viable et durable pour lutter contre le chômage dans les quartiers populaires ? Quels sont les travers des emplois francs ?

  1. Ce qui intéresse le politique, c’est de montrer qu’il s’agite afin de récolter des voix en provenance d’une frange donnée de l’électorat, à un coût relativement faible. Telle est la logique des emplois francs et de bien d’autres mesures supposées lutter contre le chômage. Le faire sérieusement, notamment dans les « quartiers », suppose une action bien plus en profondeur. 

  2. Il faudrait lutter contre la délinquance qui fait fuir les commerces et les services , tout en offrant à certains jeunes des activités bien plus lucratives qu’un « emploi Franc ». Il faut aussi traiter le problème de la dégradation de notre système éducatif, qui réduit le capital humain de ces jeunes alors que le SMIC et autres rigidités réduisent leur employabilité. Des mesures comme les « emplois francs » ne sont que cosmétiques.

  3. Le « CPE » de Dominique de Villepin, tant décrié, était mieux conçu dans la mesure où il incitait les entreprises à embaucher un « jeune » à l’essai ce qui permettait de le tester, tandis que la prime associés aux emplois francs a peu de chance de compenser l’entreprise pour le risque qui consiste à embaucher en CDI un candidat issu de ces « quartiers ».

  4. Le Président de la République espère 10 000 emplois de ce type d'ici 3 ans. Historiquement, est-ce que les aides pour embaucher dans les ZUS ont-elles été efficaces ?

  5. 10000 emplois , c’est en tout état de cause ridicule par rapport à l’ampleur du problème. Les aides à l’embauche ont toujours souffert de leur caractère aléatoire, discrétionnaire et incertain et ne se sont jamais attaquées aux causes profondes du chômage.  Elles sont avant tout des démonstrations d’activisme à fins électorales, pas une politique de l’emploi.

  6. Quelle serait la bonne politique à adopter pour que les quartiers populaires renouent avec l'emploi ?

  7. Lutter contre les trafics illicites, s’attaquer à la médiocrité et la démagogie du système éducatif, et flexibiliser le marché du travail pour augmenter l’employabilité de ces populations.

  8. Emplois d'avenirs, contrats de génération et emplois francs : François Hollande est-il en train d'acheter l'inversion de le courbe du chômage qu'il espère tant ?

  9. Je pense qu’il espère avant tout limiter la casse à l’approche des municipales. Ces emplois ne représentent qu’une faible partie du chômage total et il y a d’importants effets d’aubaine (emplois qui auraient été créés de toute façon). Il est peu probable que ces mesures aient un effet significatif sur la « courbe du chômage » mais elles donnent à l’électorat l’impression que le gouvernement  se mobilise.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !