Nouvelles guerres à l’horizon ? Cette dangereuse déstabilisation des Balkans que provoque la guerre en Ukraine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une manifestation contre l'invasion russe de l'Ukraine devant l'ambassade de Russie à Sofia, le 9 mai 2022
Une manifestation contre l'invasion russe de l'Ukraine devant l'ambassade de Russie à Sofia, le 9 mai 2022
©NIKOLAY DOYCHINOV / AFP

Deuxième effet kiss pas cool

Nouvelles guerres à l’horizon ? Cette dangereuse déstabilisation des Balkans que provoque la guerre en Ukraine

Dans les pays des Balkans, les images de la guerre en Ukraine ravivent un sentiment nationaliste et les craintes d'un nouveau conflit

Kurt Bassuener

Kurt Bassuener

Kurt Bassuener est cofondateur et associé principal du Democratization Policy Council, un groupe de réflexion basé à Berlin et créé en 2005. Il a obtenu son doctorat en 2021 au Centre d'étude du terrorisme et de la violence politique de l'université de St. Andrews, après avoir défendu avec succès sa thèse intitulée "Peace Cartels : Internationally Brokered Power-Sharing and Perpetual Oligarchy in Bosnia and Herzegovina and North Macedonia".

 

Voir la bio »

Atlantico : Dans un article récent pour Foreign Affairs, vous avez souligné que la guerre en Ukraine alimente une résurgence du nationalisme ethnique dans les Balkans occidentaux. Quels sont les éléments qui alimentent ce sentiment ? 

Kurt Bassuener : L'attaque de la Russie contre l'Ukraine n'alimente pas tant un nouveau nationalisme, mais amplifie plutôt les craintes populaires d'un nouveau conflit, et souligne l'absence d'une politique occidentale sérieuse à l'égard de la région - ce qui est le cas depuis longtemps.  N'oubliez pas qu'il s'agit - à des degrés divers - de sociétés traumatisées, où les dirigeants politiques nationalistes ont développé un modèle économique qui se renforce mutuellement en attisant la peur et les griefs.  Ainsi, les images et la rhétorique de la guerre, la destruction de Mariupol (un siège qui a surpassé celui de Sarajevo en termes de vitesse et de nombre de morts, selon les estimations actuelles), et la négation par la Russie de l'identité nationale de l'Ukraine touchent certainement des nerfs déjà à vif.  En outre, la Russie a elle-même - et en collaboration avec ses alliés en Serbie et dans l'entité serbe de Bosnie, la Republika Srpska - développé une base pour ses revendications et sa version revancharde des événements. Les nationalistes aux visées irrédentistes - à Belgrade, Banja Luka et Zagreb - faisaient déjà des heures supplémentaires avant le 24 février.  Moscou a tout intérêt à provoquer des perturbations sur le flanc sud de l'OTAN et de l'UE.  Et elle a des alliés et des clients.

Mais il y a aussi un élément positif que je souhaite souligner, qui résulte de la force de l'effort de défense de toute la société ukrainienne, si bien représentée par le président Volodomyr Zelensky.  En d'autres termes, les valeurs démocratiques et la dignité humaine sont de nouveau en circulation et constituent un élément central des points de discussion de l'Occident.  Avant le 24 février, il y a eu une augmentation de la réflexion et de l'angoisse géopolitiques, mais cela semblait générer une approche bidimensionnelle et amorale.  L'approche occidentale dirigée par l'UE à l'égard des Balkans occidentaux s'est longtemps inscrite dans une logique de pacification, centrée sur le régime et transactionnelle.  Et aucun État membre ne s'est montré plus virulent à cet égard que la France sous la présidence de Macron. Le cadeau de l'Ukraine à l'Europe et à l'Occident est de recentrer la pratique démocratique et la dignité humaine - et leur défense - dans la discussion politique. Cela ne s'est pas encore reflété dans la politique de l'Occident à l'égard des Balkans occidentaux.

Une guerre en Ukraine pourrait-elle finir par créer un ou plusieurs conflits dans les Balkans ? De nouvelles guerres sont-elles sur le point de se produire ? 

Mes collègues du Democratization Policy Council (DPC) et moi-même essayons de nous abstenir d'utiliser le mot "guerre", non pas parce que le conflit qui pourrait être précipité par la situation actuelle (et qui prévaut depuis de nombreuses années) ne correspondrait pas à cette description, mais parce que l'utilisation de ce terme peut évoquer un faux sentiment de sécurité. La "corrélation des forces" (pour utiliser le terme soviétique) dans le cas de la Bosnie, par exemple, est bien différente de ce qu'elle était au début de la guerre de 1992-1995.  Aujourd'hui, les forces belligérantes potentielles sont à peu près également armées par habitant - et le désavantage démographique que la Republika Srpska a connu tout au long de la guerre (qui a été plus que compensé par l'avantage du premier arrivé, la possession d'une armée régulière alors que la République n'en avait pas, le prépositionnement d'armes lourdes, etc. ) est maintenant plus déséquilibré que jamais. Les ingrédients d'une violence ethnique potentielle, dirigée par le haut et politiquement, sont réunis.  Mais ce qui est souvent sous-estimé, c'est que les mêmes forces coercitives - concentrées dans la police - ont été appliquées en temps de paix aux protestations populaires intra-ethniques.

C'est pourquoi nous avons plaidé dans notre article du Foreign Affairs pour que la dissuasion de l'OTAN soit renforcée sans délai - avant la campagne électorale et les élections du 2 octobre, mais aussi bien avant un éventuel veto russe au mandat de l'EUFOR le 3 novembre au Conseil de sécurité de l'ONU.  Les dividendes de la réduction de la peur populaire à l'égard d'une classe politique universellement méprisée comme telle sont également sous-estimés.  Ainsi, une action prophylactique visant à garantir la sécurité pourrait également constituer un catalyseur de progrès, en éliminant les craintes existentielles et en réduisant les inquiétudes de la population quant à l'application de la force coercitive aux citoyens exerçant leurs droits - y compris celui de manifester.

Y a-t-il quelque chose à faire pour éviter que des conséquences dramatiques ne se produisent ? La politique américaine et européenne dans les Balkans doit-elle évoluer ?

Oui.  Comme Toby Vogel et moi-même l'avons écrit - et comme tous mes collègues du DPC et moi-même le soutenons depuis plus d'une décennie - il est crucial de restaurer une dissuasion crédible en Bosnie.  Il s'agit non seulement d'empêcher une régression - peut-être catastrophique - mais aussi de faciliter un progrès organique.  La Bosnie est l'épicentre de l'instabilité des Balkans occidentaux, puisqu'elle est le grand prix de l'irrédentisme tant serbe que croate.  Le fait qu'elle n'ait pas été mise au menu au cours de la première décennie après la guerre a été essentiel à la transformation démocratique de la Croatie et de la Serbie en 2000 et aux progrès réalisés non seulement en Bosnie, mais aussi dans la région, par la suite.  Le fait qu'elle ait été autorisée à revenir dans les rêves de fièvre nationaliste des responsables gouvernementaux - y compris dans les États membres de l'UE et de l'OTAN et dans les pays candidats à l'UE, avec le soutien de l'État membre illibéral qu'est la Hongrie (alliée de la Russie au sein de l'UE et de l'OTAN) - a contribué à conduire la situation là où elle se trouve actuellement.  L'Occident a le pouvoir de nier ces agendas et a des obligations légales, sans parler des obligations morales.

Il semble que la position de Paris soit d'essayer de trouver une sorte d'arrangement avec la Russie pour maintenir le mandat de l'EUFOR en novembre, plutôt que d'agir d'abord pour clarifier qu'une force de dissuasion occidentale - autorisée dans l'annexe 1A de l'accord de paix de Dayton/Paris, qui n'a pas de date d'expiration - restera en place quoi que disent ou fassent les dictateurs de Moscou (et de Pékin).  Ce serait du leadership.  Au lieu de cela, je crains que le paramètre par défaut de la politique soit d'espérer le meilleur, et d'être prêt à négocier des outils essentiels d'imposition de la paix (comme les pouvoirs du Haut représentant international) si nécessaire, pour conserver la force de l'UE plutôt que de la laisser revenir aux opérations de l'OTAN.  Il s'agirait d'une erreur stratégique qui ferait comprendre aux adversaires de la démocratie - et de l'Europe - qu'ils sont faibles, ce qui aurait un impact bien plus important que ce que l'on peut imaginer. J'espère que le gouvernement du président Macron reconsidérera son approche dangereusement complaisante. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !