Sarkozy contre Pécresse : le supplice chinois… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy lors d'un déplacement dans la ville de Nice, le 15 octobre 2021.
Nicolas Sarkozy lors d'un déplacement dans la ville de Nice, le 15 octobre 2021.
©VALERY HACHE / AFP

Il est impitoyable !

Sarkozy contre Pécresse : le supplice chinois…

Mais pourquoi est-il aussi cruel ?

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Goutte après goutte, jour après jour, l’ancien président de la République s’acharne sur la candidate LR. Elle est pourtant de la même famille politique que lui. Mais les petits meurtres en famille, ça existe...

D’un journal à l’autre (Le Canard Enchaîné, Le Point, Paris Match), Sarkozy distille son poison. Il est en campagne pour piétiner ce qui reste de Pécresse (elle dévisse dans les sondages). Mais où et quand s’arrêtera-t-il ?

Ça avait commencé moderato cantabile avec la « pimbêche ».Ça s’est poursuivi allegro ma non troppo avec « elle est inexistante ». Puis carrément allegro avec « la grosse blonde ». Ce qui est pour le moins discourtois et passablement sexiste.

Mais le pire était à venir. Et il vient d’arriver. Interrogé sur le parallèle entre Ségolène Royal, à qui avait manqué le soutien du PS en 2007, et Valérie Pécresse de plus en plus lâchée par Les Républicains en 2022, Sarkozy a eu cette phrase terrible : « Ségolène Royal, elle, elle était habitée ».

Ses mots ont dû faire un effet dévastateur dans la tête de la candidate LR. Ça voulait dire qu’elle n’était rien. Il est à prévoir que très bientôt Sarkozy dira à Valérie Pécresse : « casse-toi, pauvre conne ».

Certes la candidate LR entre ses bégaiements et ses postures théâtralisées n’est évidemment pas à la hauteur des espoirs qu’ont placés en elle les sympathisants républicains. Mais quand même, qu’est-ce qui pousse Sarkozy à la démolir ainsi ? L’explication se trouve du côté Louis XIV : « après moi le déluge » !

À Lire Aussi

Macron est évidemment un leader populiste

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Valérie Pécresse : « Dans deux mois je pourrai aller au cinéma » !Et le président biélorusse inventa « les armes supernucléaires » !

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !