Moi j’aimais bien la messe en latin… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Religion
Un homme enregistre avec un smartphone des prêtes célébrant la messe des rameaux, pour une diffusion sur les réseaux sociaux, au coeur de l'Église Saint-François-Xavier, à Paris le 4 avril 2020.
Un homme enregistre avec un smartphone des prêtes célébrant la messe des rameaux, pour une diffusion sur les réseaux sociaux, au coeur de l'Église Saint-François-Xavier, à Paris le 4 avril 2020.
©Ludovic MARIN / AFP

RIP

Moi j’aimais bien la messe en latin…

Sa mélodie est incomparable.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

J’ai découvert en lisant Le Figaro qu’à l’église Saint-François-Xavier, il y avait une messe en latin. Oh pas tous les jours et pas dans le bâtiment principal ! Dans la chapelle et seulement le mercredi soir. Une survivance touchante de l’ancien temps.

On y entrait par une porte dérobée. Et ils étaient quelques centaines de fidèles à y assister. On les appelle des cathos-tradis. Un peu, toute proportion gardée, comme les chrétiens des catacombes…

C’est terminé. L’archevêque de Paris y a mis fin suivant en cela les drastiques consignes du pape François. Etait-ce nécessaire ? Serait-ce nécessaire de supprimer Joachim du Bellay des anthologies de la poésie française au prétexte qu’il est vieillot et dépassé ?

Quand j’étais petit, j’ai assisté à plusieurs messes. Elles étaient en latin. Je n’y comprenais rien. Mais comme je n’étais pas catholique, ça n’avait aucune importance.

J’ai quand même fait l’effort d’apprendre une prière :

Ave Maria, gratia plena,

Dominus tecum;

benedicta tu in mulieribus,

et benedictus est fructus ventris tui.

Le fruit de tes entrailles… Cette musique était douce à mes oreilles car elle célébrait la féminité de Marie.

Maintenant,  je n’ai plus aucune raison d’aller à Saint-François-Xavier. Il me reste l’Ave Maria de Gounod. Le latin est considéré comme une langue morte. Il y a des langues mortes qui sont plus belles que certaines langues vivantes. 

À Lire Aussi

Qui a dit « il n’y a pas de culture sans racines ; il n’y a pas de racines sans territoire » ? Zemmour ? Non, Sarkozy !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !